Les réseaux féminins pour booster votre carrière

Les faits sont têtus : souvent moins bien rémunérées à emploi égal, les femmes pâtissent de carrières fragmentées, ce qui les conduit à percevoir en moyenne une pension de retraite très inférieure à celle des hommes. Si vous ajoutez à cela qu’elles sont sous-représentées dans les écoles d’ingénieur et les plus hautes fonctions managériales, vous avez un tableau assez fidèle mais assez sombre de leur situation sur le plan professionnel. Pourtant de très nombreuses initiatives existent pour changer la donne. Gros plan sur ces réseaux féminins qui veulent en finir avec le monde d’avant. 

500 réseaux féminins en France

C’est le chiffre avancé par Emmanuelle Gagliardi et Carole Michelon dans leur livre Réseaux au féminin : guide pratique pour booster sa carrière (Eyrolles).

Le networking dans l’hexagone est une réalité qui se décline :

  • par objectif : trouver un travail, se lancer dans l’entrepreneuriat, militer pour la parité dans les secteurs et les fonctions dominés par les hommes…
  • par public : réseau des anciens, cheffes d’entreprise et mères de famille, seniors…
  • par secteur : droit, développement durable, banque et assurance, énergie,…
  • par entreprise : Intel, Lenovo, Dassault Systèmes, …
  • par territoire : certaines organisation possèdent des antennes locales, d’autres essaiment sur le plan international.
Les réseaux féminins
Les réseaux féminins pour booster votre carrière

Il est donc essentiel de partir de sa situation et de ses motivations pour trouver le « bon » réseau, c’est-à-dire celui correspondant le mieux à son projet. 

Réseau féminins : être prête à donner

On rejoint en général un réseau pour faire grandir son projet professionnel, on y reste par conviction que la cause des femmes nécessite l’engagement du plus grand nombre pour progresser. Ce qui oblige parfois à jongler avec une double casquette au sein de son entreprise, collaboratrice et militante. Une démarche pas toujours bien perçue par le management ce qui conduit souvent celles qui sont au sommet de leur carrière à endosser le rôle de porte-parole. N’ayant plus rien à prouver, ces premières de cordée n’hésitent pas à soulever la délicate question du « plafond de verre », ouvrant la voie aux plus jeunes qui pourront ainsi gravir les échelons avec plus de facilité. 

Autre forme d’engagement : prendre des responsabilités au sein d’un réseau qui, le plus souvent, fonctionne sous un statut d’association et a besoin de volontaires pour mener à bien ses missions. Un bon point pour toutes celles qui souhaitent donner une nouvelle dimension à leur vie, au-delà de leur carrière. 

Réseaux féminins : s’investir pour mieux récolter

D’un point de vue professionnel, rejoindre un réseau est par définition chronophage : participer à des rencontres, suivre des formations ou en donner, … sont autant d’activités qui doivent s’insérer dans un agenda déjà bien rempli. Mais les bénéfices sont à la mesure de l’investissement car vous vous inscrivez dans une logique d’accompagnement sur la durée qui, grâce à des appuis techniques et relationnels (formations, échanges de pratiques, cooptation…), vous permet de trouver plus facilement votre place sur le marché du travail. Reste alors à préciser ce que vous voulez vraiment.

Réseaux féminins – comment choisir son réseau ?

Difficile de passer en revue l’ensemble de la « réseausphère ». Quelques conseils cependant :

Regardez du côté de votre ancienne école, au sein de votre entreprise, dans votre secteur d’activité : les réseaux féminins ont investi le terrain et sont prêts à vous faire profiter de leur expérience et de leur carnet d’adresses.

A titre d’exemples :

Gros plan sur le numérique, un secteur à fort enjeu : 

Pour en finir avec la sous-représentation des femmes dans ce secteur en plein essor, de nombreux réseaux féminins se sont constitués au fil des années. Parmi les plus influents et les plus actifs :

  • Femmes@numérique, créée en 2018 sous l’égide de la Fondation de France, a pour objectifs de combattre les stéréotypes et d’encourager les filles à opter pour une carrière dans le numérique. D’où une mobilisation au plus près des élèves et des étudiantes et la mise en avant de « role models » (personnes inspirantes). 
  • Cyberelles, créé par des pionnières du digital, a accompagné depuis 1999 plus de 300 e-entrepreneuses. Pour peser davantage sur la progression et l’employabilité des femmes dans le digital, l’organisation a rejoint récemment le collectif Femmes@numériques. 
  • Digital Ladies&Allies est notamment à l’initiative du livre blanc « Mixité et performance numérique », remis en 2018 au secrétaire d’Etat chargé de ces questions. Dans ce document, l’association dresse un constat sans appel sur la place des femmes dans le secteur, proposant des solutions pour inverser la tendance. 
  • Girlz in Web, créée en 2009, organise des évènements mensuels stimulants et conviviaux pour soutenir les femmes qui ont fait le choix de travailler dans les nouvelles technologies. Plus de 2000 professionnelles s’y sont déjà donné rendez-vous.
  • Duchess France cible les femmes développeuses qu’il soutient dans leur parcours :  coaching pour prendre la parole lors des congrès tech, incitation à participer à des concours de code, partage de cas pratiques très techniques…
  • Girls in Tech, fondé en 2007 à San Francisco, est présent dans 37 pays, « là où vous êtes », pour vous donner accès à des évènements et à des ateliers qui vous permettront de grandir professionnellement. On trouve également sur son site des offres d’emploi, principalement aux Etats-Unis. 
  1. Définissez votre projet puis repérez les réseaux féminins en capacité de mettre à disposition les ressources (informations, contacts, formations collectives, accompagnement personnalisé…) qui contribueront à votre réussite. Il faut en effet savoir taper à la bonne porte pour : 

Développer son entreprise : 

  • Femmes chefs d’entreprise : cette organisation historique, qui s’appuie sur 60 délégations locales et plus de 2000 membres, a pour ambition de briser l’isolement des dirigeantes et d’enrichir leur capital d’expériences pour renforcer leur entreprise. 
  • Bouge ta boite, qui revendique plus de 2 600 réunions par an (physiques et virtuelles) et 10 000 recommandations entre membres du réseau, se positionne sur des enjeux stratégiques et pragmatiques, comme booster son chiffre d’affaires et gagner en leadership.   
  • La spécificité des premières réside dans leur offre d’accompagnement individuel, de l’idée jusqu’au développement de l’entreprise. Quelques 1000 participantes en bénéficient annuellement.
  • Génération Femmes d’influence organise régulièrement des rencontres avec des personnalités femmes, de la sphère politique, économique, culturelle ou médiatique qui retracent leur parcours et partagent leur expérience.

Renforcer la présence des femmes dans les filières scientifiques et technologiques : 

  • Cercle InterElles, qui regroupe les réseaux de 16 entreprises (CEA, Engie, Lenovo, Orange…), travaille depuis 20 ans à créer les conditions favorables à l’équilibre des genres, notamment par la promotion d’outils et de bonnes pratiques qui permettent à ses adhérents d’accélérer leur transition.
  • Femmes ingénieurs entend stopper la désaffection des filles vis-à-vis des filières scientifiques et technologiques, en multipliant les interventions dans les établissements scolaires, en collaborant avec les entreprises qui souhaitent s’engager, en représentant l’ensemble des femmes ingénieures auprès des pouvoirs publics et en nouant des partenariats internationaux.

Concilier vie professionnelle et familiale

  • Mampreneures soutient la réussite des mamans cheffes d’entreprise et promeut un entrepreneuriat qui allie performance et solidarité par des rencontres et du coaching individuel.

Trouver un poste à l’étranger lorsque l’on suit son conjoint

Retrouver du travail après 45 ans

  • Force Femmes, qui a accompagné 25 000 femmes depuis sa création en 2005, met gratuitement à la disposition des demandeuses d’emploi senior son réseau d’experts en Ressources humaines. 

Faire avancer la parité dans l’hexagone et au-delà

A noter : les conditions et les droits d’entrée varient fortement d’un réseau à l’autre. Renseignez-vous auprès de leurs représentantes.

Réseaux féminins : pour conclure

Je reprendrai volontiers la devise du réseau Femmes chefs d’entreprise : « seules nous sommes invisibles, ensemble nous sommes invincibles ». Certains la jugeront quelque peu emphatique mais je trouve qu’elle résume bien l’impact de ce type d’organisation sur ses adhérentes, désormais prêtes à accomplir ce qu’elles n’auraient sans doute jamais réalisé sans l’appui du collectif. Alors quel que soit votre projet, osez aller à la rencontre de ces femmes (et parfois de ces hommes) qui ont décidé de changer la donne… pour le meilleur et pour vous. 

Nos formations en ligne pour vous permettre de développer votre Réseau

Tous les secrets du Réseau pour trouver un job

Indépendants, faites décoller votre business grâce au Réseau et au digital

Suivez-nous

Suivez Orgaphenix sur LinkedInYoutubeFacebookInstagram, ou Twitter.

Laisser un commentaire

Philippe Douale

Expert en évolution professionnelle, LinkedIn & Networking

Philippe accompagne les cadres et les dirigeants, en évolution professionnelle, pour trouver leur prochain poste, en outplacement complet (6 mois, 9 mois, un an, où jusqu’à la fin de la période d’essai), ou en outplacement en version accélérée (3 mois).
Philippe propose également des accompagnements spécialisés sur votre profil LinkedIn, que vous désiriez utiliser celui-ci pour trouver votre prochain poste, faire décoller votre business en tant que freelance, ou soigner votre image professionnelle en tant que dirigeant en poste.
Si vous êtes freelance, ou souhaitez le devenir, Philippe vous accompagne pour prendre ou reprendre un bon départ et faire décoller votre activité.

Partagez
Tweetez
Partagez