Vous venez de perdre votre emploi et vous vous dites : « je mets tout de suite à jour mon CV et je contacte un maximum de chasseurs de têtes pour les rencontrer afin qu’ils me trouvent un job rapidement ». Pourquoi vous faites fausse route ?

Revenons aux fondamentaux : en quoi consiste le métier de chasseur de têtes ? Le chasseur de tête exerce un rôle de conseil auprès de ses clients. Qui sont ses clients ? Ce sont des entreprises. Autrement dit, vous n’êtes pas le client des chasseurs de tête ! Vous êtes… un candidat ! Le chasseur de tête accompagne ses clients dans la compréhension de leurs besoins, de leur environnement, de leurs projets, pour les aider à définir leurs besoins futurs en managers. Ses clients le missionnent pour trouver les candidats qui correspondent aux besoins de l’entreprise.

Le chasseur de têtes consacre beaucoup de temps à échanger avec ses clients et à mener des recherches pour eux. La fonction a été impactée, elle aussi, par la révolution digitale, en particulier par LinkedIn. En effet, historiquement les chasseurs de têtes détenaient précieusement des bases de profils. Aujourd’hui, une base de profils incontournable pour les chasseurs de têtes, c’est LinkedIn ! Tous les cadres et dirigeants (ou presque) y sont présents et en plus ils mettent régulièrement à jour leurs propres informations. Et puis le métier a évolué. Beaucoup de cabinets de chasseurs de têtes ont diversifié leurs activités par exemple en matière de management de transition, d’assessment, de formation… vous l’aurez compris, le chasseur de tête n’a pas vraiment le temps de vous rencontrer si c’est vous qui le sollicitez !

Bien sûr, de temps en temps, il arrive que le chasseur de têtes rencontre un candidat sans forcément avoir un poste à lui proposer. Mais si vous pensez pouvoir rencontrer les chasseurs de têtes que vous ne connaissez pas, sans utiliser le Réseau, autrement dit sans connecteur, vous allez vite déchanter. Contacter les chasseurs de têtes pour les rencontrer, sans avoir été mis en relation par quelqu’un, va souvent s’apparenter à un coup d’épée dans l’eau.

Contacter un chasseur de têtes pour lui demander s’il a un poste pour vous à court terme n’a aucun sens ! En effet, la probabilité pour que pile au moment où vous les contacter, il recherche exactement le type de poste que vous briguez pour le compte de l’un de ses clients, est extrêmement faible. Vous aurez autant de chances à essayer de gagner au loto !

Et pourtant, les chasseurs de têtes reçoivent chaque jour des dizaines de sollicitations ! Il faut dire que tout le monde n’a pas encore professionnalisé sa recherche d’emploi ! Cela part pourtant d’un bon sentiment. En effet, vous vous dites que le métier du chasseur de têtes consiste à trouver des personnes comme vous. Or, nous l’avons vu, ce n’est pas aussi simple. En effet, son métier, c’est plutôt de trouver … des clients ! donc des entreprises qui vont le missionner et le rémunérer ! Trouver un candidat (quelqu’un comme vous), rassurez-vous ! Il finira toujours par en trouver un !

Bien entendu, rencontrer les chasseurs de têtes qui oeuvrent dans votre secteur d’activité sur le type de fonctions que vous visez, de la part d’un connecteur, afin de vous faire connaître, et qu’ils pensent à vous dans les prochains mois ou prochaines années, cela fait sens, à condition de bien cibler ces chasseurs de têtes. Vous limiterez  le nombre de rencontres car 10 à 15% seulement de vos opportunités vont provenir des chasseurs de têtes. La grande majorité de vos opportunités vont provenir de la démarche Réseau : entre 70% et 90% en fonction de votre âge ! Au lieu d’essayer de les rencontrer coûte que coûte, transmettez plutôt, aux chasseurs de têtes que vous ciblez, votre CV à jour tous les trimestres ! Vous gagnerez du temps dans votre recherche d’emploi !

Ne vous offusquez pas si d’un seul coup, il ne vous donne plus de nouvelles ! Il n’a pas le temps ! Ne misez pas tous vos espoirs sur les pistes qui se dessinent avec lui, donnez bien entendu le maximum en entretiens avec eux et avec leurs clients, mais continuez votre démarche Réseau ! N’abandonnez pas ! Tant qu’on ne vous a pas transmis une proposition de contrat, ce n’est pas gagné ! Et si jamais, vous n’étiez pas l’élu, ce n’est pas terminé pour autant. C’est arrivé cette année à l’une de mes clientes en outplacement : elle a fait partie du trio final, quelqu’un d’autre a décroché le job mais y a finalement renoncé après l’avoir accepté, et un mois plus tard ma cliente s’est vue proposer le job ! Un conseil : à toutes les étapes avec le chasseur, si vous n’avez pas plus de ses nouvelles, continuez à lui envoyer un sms de temps en temps pour demander des nouvelles et lui montrer votre motivation !

Le succès de votre recherche d’emploi passe par bien comprendre comment les entreprises recrutent. Et vous mesurez bien l’importance :

  • de rencontrer les chasseurs de têtes à leur initiative
  • de cibler les chasseurs de têtes que vous souhaitez rencontrer, les rencontrer grâce à un connecteur, et de bien limiter le nombre de ces rencontres
  • de leur transmettre régulièrement votre CV à jour

Pour conclure, ce n’est pas le métier du chasseur de tête de vous aider à trouver votre nouveau job, c’est celui de l’outplaceur ! Envie d’en savoir plus ?

Philippe DOUALE