Devenir freelance

1/ Devenir freelance : comment prendre un bon départ ?

On recense plus de trois millions de travailleurs indépendants en France alors pourquoi pas vous ? Si vous hésitez à sauter le pas, voici quelques conseils pour appréhender sereinement ce nouveau challenge professionnel. 

Devenir freelance – C’est risqué et ce n’est jamais le bon moment !

Vous vous souvenez sans doute de cette publicité de la Française des jeux : « 100% des gagnants ont tenté leur chance. » Transposée au domaine professionnel, la formule est une invitation à aller de l’avant. Certes, négocier un tournant dans sa carrière est toujours une prise de risque mais sans cette dose d’audace, rien ne peut arriver. Alors si vous avez un projet entrepreneurial, si vous ne voulez pas vous retrouver submergé par les regrets dans quelques années, n’attendez pas !

N’attendez surtout pas que ce soit le bon moment pour vous lancer car ce n’est jamais le bon moment ! les conditions ne seront jamais parfaites pour vous lancer. Si vous ressentez que c’est important pour vous, lancez-vous !

Se lancer en freelance est toujours une aventure risquée. L’idée consiste à maîtriser ce risque en utilisant une méthode pour transformer votre idée de projet entrepreneurial en succès. Cela passe par choisir une idée basée sur des sujets que vous aimez réellement, et par mener une étude de marché afin d’identifier s’il existe réellement un marché pour votre idée. Aujourd’hui, avec internet, mesurer le potentiel économique de votre idée est devenu beaucoup plus simple et rapide.

Une fois que avez choisi votre idée et que vous avez décidé de vous lancer, il va être nécessaire d’expérimenter celle-ci. Comme le dit fort justement Guy Kawasaki dans son ouvrage L’art de se lancer : « il n’y a que ce qui marche ou ne marche pas et vous ne pouvez savoir ce qui marche qu’en expérimentant. »

Et quand bien même vous constateriez que « ça ne marche pas », il sera toujours possible de modifier les hypothèses de départ, d’ajuster votre positionnement, bref, de pivoter !

C’est en définissant ce qui peut vous arriver de pire en vous lançant, que vous allez vous apercevoir que finalement, la situation ne sera pas si grave que cela et qu’il y aura ensuite un moyen de rebondir au cas où. Demandez-vous quelles actions vous allez pouvoir mettre en place au cas où se scénario du pire se présentait et vous allez ainsi prendre conscience que cela vaut le coup d’essayer ! Cette analyse poussée du scénario du pire permet de vaincre nos peurs.

Vous pensez que ce n’est pas le bon moment, vous avez peur de vous lancer, tout cela est normal ! Relativisez, identifiez vos idées, menez votre étude de marché, et lancez-vous !

Devenir freelance – Définissez votre plan A

On parle beaucoup de business plan. L’enjeu : être en capacité de formaliser sur le papier votre projet et son évolution à court et moyen terme. Un exercice pas toujours évident mais terriblement formateur dans la mesure où il vous oblige à préciser les tenants et aboutissants de votre démarche : cibles, concurrents, mode de financement, retour sur investissement… 

Cependant, il convient de rester lucide sur l’apport du business plan. Pour certains, il serait même contre-productif. Selon Jason Fried et David Heinemeier Hansson, les auteurs de Rework, «faire un business plan vous donne l’impression de maîtriser ce que vous ne pouvez pas maîtriser » car trop de facteurs ne dépendent pas de vous. Alors « renoncez à la divination. Etablissez ce que vous ferez cette semaine, pas cette année. Demandez-vous ce qu’il y a de plus important à faire par la suite, et faites-le. Prenez des décisions immédiatement avant de passer à l’action plutôt que longtemps à l’avance. »

Pour ma part je vous recommande de ne pas chercher à réaliser un business plan de plusieurs dizaines de pages qui va vous prendre beaucoup (trop) de temps et qui finalement ne vous apportera pas grand chose. Laissez tomber cette formalisation et passer plutôt au Lean Canvas.

Un Lean Canvas une sorte de Business Plan qui tient sur une seule page A4. La méthode pour le réaliser est très bien décrite dans le livre « La méthode Running Lean » d’Ash Maurya.

Définissez votre proposition unique de vente

Il est très important de prendre le temps nécessaire pour définir votre proposition unique de vente. Ce n’est pas facile car par définition elle est unique ! Au départ, l’erreur fréquente consiste à vouloir se positionner de façon très large. Nous avons ce réflexe car on se dit qu’ainsi, on attirera davantage de clients.

En réalité, c’est l’inverse qui fonctionne bien mieux. Définissez votre proposition unique de vente et en quoi vous vous différenciez des autres. Formalisez ensuite votre proposition sous la forme d’un slogan. Vous utiliserez ensuite celui-ci partout : site web, réseaux sociaux, cartes de visite.

Externalisez les tâches situées hors de votre cœur de métier

Inutile de vous faire un sang d’encre avec l’immatriculation, la déclaration des revenus, le versement des charges sociales, la déclaration de l’impôt,… : autant de démarches qui objectivement peuvent représenter une source de tension. Une erreur, un retard, et vous voilà soumis aux relances et autres pénalités. Le scénario du pire… qui, sauf exception, ne se produira jamais. 

N’hésitez pas à faire appel à un professionnel, en particulier un comptable pour vous faciliter la réalisation de ces actions et vous permettre de passer votre temps sur les sujets où vous serez le plus utile ! Externalisez au maximum ces tâches et concentrez-vous sur le cœur de votre activité.

De la même façon, vous allez avoir besoin d’un site web. Passez le temps nécessaire à sa conception et faites faire la réalisation, même si vous savez le faire.

Devenir freelance : gérez bien votre temps

Il est facile de procrastiner, surtout si vous travaillez à votre domicile. L’appel du canapé, du frigidaire, bref attention à bien rester sur l’objectif principal : développer une activité lucrative.

Il est donc essentiel de mettre en place une organisation adaptée et des routines efficaces afin de donner le meilleur de vous-même.

Etre son propre patron permet une plus grande latitude dans l’organisation de ses journées. On ne va pas se mentir, lancer une activité en freelance va vous monopoliser beaucoup d’énergie, beaucoup de temps.

Alors oui, il est essentiel de vous octroyer des moments pour vous et votre famille mais intégrez-les dans un emploi du temps où les plages de travail sont suffisamment nombreuses pour ne pas vous laisser déborder. La régularité est une des clés de la réussite.

Ne travaillez pas gratuitement

Ne vous laissez surtout pas distraire par ceux qui vont vouloir vous faire travailler … gratuitement ! Vous verrez, ils sont nombreux et utilisent de nombreux arguments pour essayer de vous convaincre. C’est le moment de dire NON !

Ne commencez pas par chercher des clients

Aujourd’hui, on ne développe plus du business comme avant. Vous voulez devenir indépendant et bénéficiez d’un flux continu de prospects et donc au final de clients, vous allez avoir besoin de deux choses : le business networking (démarche réseau orientée clients) et une présence digitale contenant en son cœur un site web optimisé inbound marketing autour duquel gravitent vos réseaux sociaux.

Préparer et mettre en place tous ces éléments vont vous prendre quelques mois. Plus tôt vous vous y mettez et avec intensité, plus tôt vous aurez vos premiers clients mais surtout vous aurez bien plus : un système qui vous apporte des clients en continue.

Créez un site web optimisé inbound marketing

Un site internet vous donnera de légitimité et vous inspirerez confiance. Un site vitrine c’est bien mais pas suffisant. En effet, un site web optimisé inbound marketing est LA solution pour attirer vos clients comme un aimant.

Devenir freelance : vous avez un objectif central

Une fois que tout est prêt, positionnement, proposition unique de vente, site web, profil LinkedIn, réseaux sociaux, etc… vous avez un objectif à ne jamais perdre des yeux : vendre !

Apprenez le Business Networking et lancez-vous !

Développer votre business passe par développer votre Réseau. Il s’agit d’apprendre les bonnes pratiques en matière de démarche Réseau orientée Business et de vous lancer !

Devenir freelance : ayez toujours des cartes de visite sur vous !

Vous voulez apparaître comme un professionnel dans le cadre de votre Business Networking, alors faites vous faire des cartes de visite et ayez-les toujours sur vous ! Inutile de préciser que vous êtes le président de votre SASU, tout le monde s’en fiche. Faites figurer votre fonction opérationnelle et votre slogan !

Utilisez une adresse email professionnelle

Bien sûr, vous utilisez une adresse professionnelle pour échanger avec vos clients : pas une adresse de type club-internet, yahoo, wanadoo, gmail, ymail, hotmail et j’en passe. Vous utilisez bien sûr une adresse de type prenom.nom@nomdedomaine.com ou prenom@nomdedomaine.com bâtie sur le nom de domaine que vous achetez et qui va servir pour l’hébergement de votre site web.

Et si vous n’avez pas encore de site web, ce n’est pas grave, achetez votre nom de domaine (une dizaine d’euros par an) et créez votre adresse email.

Utilisez des photos professionnelles

Offrez toujours la meilleure image professionnelle de vous-même. Ne négligez pas votre personal branding. Supprimez de votre profil LinkedIn cette photo portrait vieille de 5 ans, qui pixellise, qui n’inspire pas confiance et qui ne donne pas envie à vos clients potentiels de faire appel à vous. Contactez un photographe professionnel et réalisez une véritable séance qui vous permettra d’utiliser différentes photos de vous, de très bonne qualités sur tous les médias que vous utilisez pour vous rendre visible.

Si vous voulez être contacté, soyez… contactable !

Vous voulez développer votre business, vous voulez davantage de clients, alors pour être contacté soyez contactable. Vous allez me dire, pas de soucis, j’ai renseigné mon adresse email dans la zone Infos de mon profil LinkedIn. Et bien si vous avez renseigné uniquement votre adresse email c’est une erreur. On ne s’imagine pas le nombre de personnes qui décideront de ne pas vous contacter parce que tout simplement ils ne trouvent pas facilement votre numéro de téléphone.

Renseignez votre numéro de téléphone partout où vous pouvez. Ce n’est pas obligatoire de répondre systématiquement. Vous pouvez rappeler la personne si vous estimez que le prospect est déjà bien chaud ou renvoyer un sms avec quelques informations pour l’instant.

Réalisez un profil LinkedIn orienté Business

Si vous développez du business en tant qu’indépendant, vous avez certes besoin d’un bon profil LinkedIn mais surtout d’un profil LinkedIn orienté Business. Je vous conseille vivement de faire figurer votre slogan sur votre bannière afin qu’un client potentiel sache immédiatement quel est le bénéfice que vous lui promettez s’il fait appel à vous.

La zone Infos sera orienté beaucoup plus sur vos clients cibles et leurs besoins, que sur vous-même ! On se fiche un peu de vos expériences, de votre parcours professionnel et de vos formations, on veut connaître avant tout les problèmes que vous savez résoudre.

Tout ne peut être écrit et tant mieux. Créer son entreprise, c’est forcément aller au-devant d’imprévus et y faire face avec une énergie insoupçonnée. Tout simplement parce que vous avez enfin la conviction d’être à votre place. Alors donnez-vous à fond et dans les moments de doute, dites-vous qu’il vaut mieux avoir des remords que des regrets.

2/ Devenir freelance, appuyez-vous sur votre Réseau !

Vous démarrez une activité en tant que freelance (Manager de transition, conseil, coaching, formation…) ? Vous cherchez de nouveaux clients ? Pensez à votre Réseau : vos contacts, passés et présents, détiennent forcément une partie de la solution. Alors déroulez la liste de vos relations pour remplir votre carnet de commandes. Pour y parvenir, rien de tel qu’un tableau tout simple. Voici pour vous aider, quelques cibles à privilégier.

S’appuyer sur son Réseau pour devenir freelance

Devenir freelance, misez sur vos clients 

Commencez par lister vos clients actuels et passés. Ce sont vos meilleurs ambassadeurs car ils connaissent votre capacité de travail et votre professionnalisme. Planifiez un entretien Réseau Business avec eux. S’ils ont un projet en gestation, il est possible qu’ils vous en parlent à cette occasion. Sinon, dans quelques semaines ou dans quelques mois, ils vous rappelleront lorsqu’ils auront réellement besoin de vous. Et puis vous recevrez peut-être un appel d’une de leurs connaissances vous expliquant qu’elle aimerait bien vous rencontrer.

N’hésitez pas à inclure dans cette liste vos prospects, du moins ceux avec lesquels vous avez déjà eu un contact et qui semblaient intéressés par vos services. Leur situation s’est peut-être décantée depuis ces premiers pourparlers. Il est temps de vous rappeler à eux.

Enfin, place à l’imagination : avec qui aimeriez-vous travailler et pourquoi ? A travers ce questionnement, vous allez définir votre client idéal et le message que vous pourriez lui adresser. Reste à l’approcher. Pensez alors « démarche Réseau », ce qui vous conduira à repérer, parmi ses connaissances et les vôtres, des points de connexion.

Devenir freelance, pensez jean et baskets

Autre cercle souvent prêt à vous aider : les amis de prépa, d’université ou d’école avec lesquels vous avez partagé des moments de travail et de décontraction gravés à jamais dans vos mémoires. Cette complicité peut vous ouvrir des portes car ils savent que vous mettrez un point d’honneur à honorer la confiance qu’ils vous font.  

Vous pouvez ajouter à cette liste vos anciens professeurs qui, par leurs encouragements répétés, ont contribué à la réussite de votre parcours. Parmi les nombreux élèves qu’ils ont cotoyés au fil de leur carrière, ils ont peut-être quelques noms à vous suggérer. 

Revisitez votre carrière professionnelle

Côté rencontres, la vie professionnelle est particulièrement riche : collègues, prestataires, clients… ils sont nombreux ceux avec lesquels vous aviez des affinités. Désormais ce sont autant d’opportunités pour ciseler un carnet d’adresses sur lequel vous pouvez vous appuyer. Il convient là-encore de les recenser et surtout, d’entretenir ces relations même si chacun, depuis longtemps, a pris un chemin radicalement différent.

Dans le même ordre d’idées, si vous faîtes partie d’un club de professionnels, n’hésitez pas à les inclure dans votre cartographie des contacts. L’association des anciens de votre école n’est pas à négliger non plus.

Mais surtout, pensez complémentarité des profils. Prenons un exemple : spécialiste des RH, vous venez de signer une mission de transition visant à restructurer une direction informatique. Un vrai défi pour votre sensibilité littéraire. Heureusement, vous avez prévu dans votre budget une AMOA sur les aspects les plus techniques et connaissez bien la personne qui vous épaulera dans ce domaine. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’au fil de vos expériences, vous avez détecté des profils qui présentent des compétences que vous n’avez pas et avec lesquels vous fonctionnez très bien. Un bon point lorsque vous postulez sur une mission plus large que votre cœur de métier. Un vrai plus pour votre prospection commerciale car bien entendu, votre partenaire pensera à vous dès qu’il entendra parler d’un futur projet RH. Alors cela vaut bien une colonne « Prescripteurs » dans votre tableau non ?

Clients, copains de fac, patrons, collaborateurs, fournisseurs, prestataires, prescripteurs… derrière ces noms génériques figurent de nombreux visages, tous rangés désormais dans votre tableau des contacts professionnels. Reste à privilégier ceux avec lesquels vous avez vécu une expérience positive et à les sensibiliser à votre préoccupation du moment : trouver de nouveaux clients et prolonger votre aventure professionnelle. Sans oublier de renvoyer l’ascenseur à la première occasion.

3/ Devenir freelance : 5 principes clés pour plus d’audace !

Audacieux et pugnace. Deux qualificatifs qui résument bien l’attitude des indépendants aux différentes étapes de leur parcours. Bonne nouvelle : tout le monde peut acquérir cet état d’esprit, à condition de s’approprier les 5 principes-clés présentés dans cet article.

Devenir freelance - 5 principes les pour plus d'audace
De l’audace pour devenir freelance

Principe n°1 : Pour devenir freelance, vous êtes votre meilleur ambassadeur

Oui, vous seul avez la légitimité d’incarner votre projet. Un projet que vous avez pensé et conçu de A à Z en fonction de ce que vous aimez, en fonction des domaines de compétences où vous êtes talentueux (voire meilleur que les autres) et en fonction de l’état du marché, et qui sera à la base de votre nouvelle activité. 

Car en professionnel responsable, vous avez déjà mené un diagnostic sérieux de la situation et des perspectives sur le marché visé. Les indicateurs sont au vert. Vous êtes convaincu. Mais êtes-vous prêt à convaincre ?

Principe n°2 : Favorisez une image positive de vous

Arrêtez-vous un instant sur vous.

Dans l’Elément humain, le psychologue américain Will Schutz souligne l’importance d’avoir une bonne estime de soi pour réussir. Schématiquement, l’estime de soi serait inversement proportionnelle à l’écart que vous ressentez entre « la personne que vous êtes » et « celle que vous voudriez être ». 

Pour réduire cet écart :

  1. commencez par décrire vos qualités et vos défauts, en évitant de minimiser les premières au profit des seconds. 
  2. comparez la personne que vous voudriez être à celle que vous ne voudriez surtout pas être pour définir les points d’amélioration
  3. listez les bénéfices, car ils existent, à rester comme vous êtes pour mesurer votre réelle envie de changer.

A travers cet exercice, vous allez prendre conscience des mécanismes auto-limitants que vous avez mis au point. Prochaine étape : orienter l’énergie, employée jusqu’alors à créer vos propres barrières, vers le développement de votre potentiel. 

Principe n°3 : Pitcher votre projet encore et encore

Vous avez un projet alors dîtes-le. Plus votre discours sera convaincant, plus vous parviendrez à vos fins. Face à un banquier, à des prospects ou à un partenaire, faîtes la différence en montrant que vous maîtrisez parfaitement votre sujet. 

Pour y parvenir, entraînez-vous. Votre présentation doit persuader votre interlocuteur du bien-fondé de votre démarche, alors glissez-vous dans la peau du plus féroce contradicteur et repérez les points faibles de votre argumentation, listez les questions pièges, et trouvez la parade. 

Vous vous sentez prêt ? C’est le moment de faire appel à votre entourage ou à un tiers de confiance qui n’hésitera pas à vous faire un retour sincère sur votre prestation. Là encore, recommencez jusqu’à obtenir le résultat souhaité. 

Principe n°4 : Ni paillasson, ni hérisson

Il est temps de solliciter ceux qui vous aideront à monter votre projet et à vivre de votre activité. Au-delà du message que vous avez préparé, votre attitude sera déterminante à cette étape. 

L’enjeu : créer les conditions d’un échange sincère et respectueux afin de réduire le stress légitime que vous pouvez ressentir et qui ne manquerait pas de provoquer la méfiance ou la gêne de votre auditoire si vous ne parvenez pas à le canaliser. 

Pour travailler votre posture, rien de tel que de réaliser un test de personnalité en amont qui révèlera notamment votre profil en situation de stress (passif, agressif, manipulateur …). Averti, vous pourrez corriger ce penchant naturel pour parvenir à vous affirmer sans vous imposer et faciliter ainsi l’écoute et l’adhésion de vos interlocuteurs.

Principe 5 : L’optimisme, votre meilleur allié pour devenir freelance

Vous venez d’essuyer un refus de financement ? Votre carnet de commandes a du mal à se remplir ? Vous ne vous sentez pas à votre place sur cette nouvelle mission en régie ? Analysez à froid les raisons de vos difficultés. Corrigez au besoin et surtout gardez le moral. 

Pensez-vous sincèrement que les success-stories ne recèlent pas une part d’ombre ? Prenez l’exemple de Tim Ferris, l’auteur du best-seller La semaine de 4 heures. Dans la préface de son ouvrage, il mentionne avec humour : « le projet du livre a été refusé par 26 éditeurs sur 27. »

Même Steve Job, le génial co-fondateur d’Apple, n’a pas toujours été au zénith. Souvenez-vous : limogé en 1985 par son Conseil d’Administration, il entame sa traversée du désert… pour mieux rebondir chez Pixar avant d’être rappelé par Apple et d’enchaîner les succès.

Alors allez de l’avant ! Vous verrez : c’est en osant que vous ferez tomber les premières barrières, personnelles et professionnelles, qui vous conforteront dans votre démarche, renforceront la confiance nécessaire à la prise de risque, vous rendront moins sensible aux critiques et aux objections. Et arrivera le jour où vous constaterez que « celui que vous vouliez être » a pris inexorablement la place de « celui que vous étiez ». L’audace est un puissant moteur de changement.

4/ Devenir freelance, une réalité en pleine croissance

Une rémunération proportionnée à votre investissement, des horaires adaptés à votre rythme de vie, plus de chef tatillon et de tâches stériles : bienvenue dans l’univers freelance ! Un statut en plein développement et ouvert à la plupart des métiers… à condition de bien cadrer son projet.

Devenir freelance, une réalité en pleine croissance

Renouez avec l’épanouissement au travail

Managers de transition, coachs, développeurs, graphistes, rédacteurs,… derrière ces professions, très souvent, un même statut : celui de freelance. Et une conception du travail fondée sur l’épanouissement, à travers une valeur cardinale : l’indépendance.

Fini les horaires imposés, les tâches inutiles, les ordres aberrants que tout salarié, même le mieux loti, subit au cours de sa vie professionnelle. Certes si vous intervenez en régie, c’est-à-dire chez le client, vous avez un peu moins de souplesse mais pouvez cependant poser vos limites. Dans ce cas, il s’agit d’un engagement de moyens.

En freelance, le patron, c’est vous et vous allez adapter votre activité à vos objectifs et à vos contraintes.

Conciliez vie professionnelle et personnelle

Vous souhaitez travailler plus pour gagner plus ? Ou mieux encore, vous voulez travailler moins pour gagner plus ? Aller chercher vos enfants à la sortie de l’école ? Vous évader régulièrement ? Pratiquer davantage de sports ? Vous voulez plus de temps pour vous permettre de vous réaliser, d’être réellement vous-même, de vivre votre vraie vie, d’exaucer vos rêves ?

Vous préférez travailler la nuit quand tout est silencieux ? Ou commencer très tôt le matin ? 

A chacun son rythme de vie, bien souvent incompatible avec une activité salariée classique où le 9h-18h est encore la norme et l’investissement pas toujours reconnu.

Si vous intervenez au forfait, il s’agit alors d’un engagement sur les résultats et non plus sur les moyens, vous organisez donc vos plages de travail à votre convenance. Il n’y a plus que les résultats qui comptent. Peu importe à votre client dans quelle configuration vous y êtes parvenu. L’essentiel est d’avoir fourni ce qui était attendu dans les délais.

Testez votre potentiel freelance

Vous ressentez les limites du salariat mais hésitez encore à vous mettre à votre compte.  Vous souhaitez compléter votre salaire par une activité plus ou moins occasionnelle. Comme tout projet, la question d’un nouveau statut doit faire l’objet d’une réflexion structurée avant toute décision.

Posez-vous les questions suivantes : 

  • Ai-je besoin de stabilité et de sécurité ? En d’autres termes : comment réagissez-vous aux fluctuations d’activité ? Car tous les freelances au forfait vous le diront : les missions s’enchaînent rarement. La plupart du temps, elles se télescopent et mobilisent alors toute votre énergie pour passer, dans la même journée, d’un sujet à l’autre.

Il n’est pas rare qu’à ces moments d’intense activité succède une période de calme plat : plus aucun appel de vos clients. Vous n’aimez pas prospecter ? Ce n’est pas grave mais il faut alors savoir trouver de nouveaux clients grâce au business networking et grâce au digital. D’où l’interrogation suivante :

  • Comment rester positionner au maximum sur mon cœur de métier ? Eh oui, si vous quittez le salariat, vous n’avez plus à disposition l’ensemble des services internes : pôle commercial, comptabilité, communication, vision managériale… 

Bien sûr des solutions existent pour faciliter la vie des indépendants : sociétés de portage salarial, logiciels de comptabilité adaptés, prestataires spécialisés… mais quel que soit le degré de sous-traitance, vous ne pourrez plus uniquement vous concentrer sur votre cœur de métier.

  • Autonome mais jusqu’où ? En effet, de l’autonomie à la solitude, il n’y a qu’un pas que la plupart des indépendants franchissent avec aisance, notamment ceux qui exercent un métier créatif où le néant, la page blanche, stimule l’imaginaire. Mais la solitude n’est pas toujours la meilleure conseillère quand des décisions engagent l’avenir. Partager ses réflexions au sein de réseaux professionnels, se faire accompagner par un spécialiste du sujet, peut constituer à certaines étapes décisives, la solution pour avancer. 
  • Puis-je m’isoler pour travailler ? Il est indispensable de disposer, au sein du logement, d’un espace de travail dédié et isolé phoniquement. Rompant avec le traditionnel schéma « quand je suis à la maison, je ne travaille pas », l’indépendant en home-office doit poser des limites à son entourage (enfants, conjoint…) afin qu’il respecte ses plages de travail même si la tentation est grande de le solliciter. 

La réponse à ces questions vous a conforté dans votre envie de sauter le pas ? Vous aimeriez approfondir certaines pistes ? Pour mettre toutes les chances de votre côté, mieux vaut à ce stade contacter un professionnel de l’accompagnement et clarifier avec lui les zones d’ombre de votre projet. Avec à la clé, l’assurance d’une nouvelle vie.

Nos offres pour devenir freelance, indépendant

Consultez nos offres pour optimiser votre positionnement, vous rendre visible sur internet, et faire décoller votre business.

Suivez-nous

Suivez Orgaphenix sur LinkedInYoutubeFacebookInstagram, ou Twitter.

Laisser un commentaire

Philippe Douale

Expert en évolution professionnelle, LinkedIn & Networking

Philippe accompagne les cadres et les dirigeants, en évolution professionnelle, pour trouver leur prochain poste, en outplacement complet (6 mois, 9 mois, un an, où jusqu’à la fin de la période d’essai), ou en outplacement en version accélérée (3 mois).
Philippe propose également des accompagnements spécialisés sur votre profil LinkedIn, que vous désiriez utiliser celui-ci pour trouver votre prochain poste, faire décoller votre business en tant que freelance, ou soigner votre image professionnelle en tant que dirigeant en poste.
Si vous êtes freelance, ou souhaitez le devenir, Philippe vous accompagne pour prendre ou reprendre un bon départ et faire décoller votre activité.

Partagez
Tweetez
Partagez