Faut-il rédiger le résumé LinkedIn (zone Infos) à la première personne ?

Il y a quelques années, la question de savoir s’il fallait rédiger le résumé LinkedIn (aujourd’hui appelé zone infos) à la première ou à la troisième personne du singulier se posait fréquemment. Aujourd’hui, elle ne se pose quasiment plus. En France, il est devenu bien rare de lire un résumé à la troisième personne.

Votre résumé LinkedIn (aujourd’hui appelé zone infos) est votre histoire – l’histoire de votre carrière et tout ce que vous voulez que le monde sache de vous. N’écrivez donc pas votre résumé de LinkedIn à la troisième personne du singulier, comme ceci: « M. Durand est le directeur administratif et financier du groupe X. »

Nous savons tous que vous avez écrit votre propre résumé LinkedIn. Qui, à part vous, devrait l’écrire ? Dans le résumé LinkedIn, c’est tout simplement vous qui s’adressez à nous. Pourquoi voudriez-vous créer un mur entre vous et le reste du monde ? Vous pouvez utiliser la troisième personne du singulier dans le biographie sur votre site Web. Sur LinkedIn, vous ne gagnerez rien à parler de vous depuis le point de vue de quelqu’un d’autre.

Je vous recommande vivement d’écrire votre résumé LinkedIn à la première personne du singulier, pour les raisons suivantes :

C’est votre profil que vous gérez, donc parlez de vous à la première personne du singulier. L’emploi de « je » :

  • donne un caractère plus dynamique et spontané à vos textes
  • est plus naturel, direct, personnel et percutant – Vous y gagnez en énergie et en caractère
  • permet d’être vous-même, de donner une image authentique de vous
  • montre votre engagement, votre prise de responsabilités
  • est signe d’humilité et de sincérité
  • permet d’assumer votre responsabilité et vos convictions
  • est le signe d’une personne qui assume ce qu’elle est, ce qu’elle représente
  • est logique, car c’est vous-même qui vous exprimez dans votre résumé

La démarche de création d’un profil sur LinkedIn est personnelle, elle implique son auteur, d’où l’emploi de « je »

L’emploi du « il  » :

  • convient davantage pour exprimer l’avis d’un tiers, d’un responsable hiérarchique, d’un pair ou d’un collaborateur
  • serait à réserver pour votre biographie sur le site vitrine d’une entreprise ou d’un blog
  • donnerait une fausse image de vous
  • donnerait l’impression que vous cachez quelque chose…
  • fait prétentieux, hautain
  • confère un certain détachement, qui n’a pas sa place lorsque l’on présente son propre profil

Il serait gênant d’employer « il » pour parler de vous, cela donnerait l’impression d’évoquer quelqu’un d’autre !

6 réflexions au sujet de “Faut-il rédiger le résumé LinkedIn (zone Infos) à la première personne ?”

  1. Philippe,

    Histoire d’encourager un peu plus de débats, je suggère d’ajouter un choix:

    Troisième personne sur le profil en anglais et Première personne sur le profil en français

    Certains de mes amis ont opté pour ce moyen terme; arguant que l’usage de la troisième personne en français, s’il les préserve du syndrome « François Hollande »; les ferait plonger dans le syndrome « Alain Delon »

    Joyeuse fête du nouvel an, et tous mes voeux de bonheur et succès pour 2014:
    Gérard

    Répondre
  2. Bonjour,
    Je crois que l’emploi du Je a toute sa place dans un résumé de profil. À moins que le texte soit réellement rédigé par quelqu’un d’autre, je crois qu’il faut privilégier le Je.
    C’est l’équivalent d’écrire au Nous alors que nous sommes l’auteur unique d’un document. Écrire à la 3e personne opère un certain détachement qui n’a pas sa place lorsqu’on présente son propre profil. Si l’on souhaite un peu plus d’objectivité, pourquoi ne pas plutôt faire recommander ses compétences par des collègues et des clients?

    Par ailleurs, si l’on veut éviter les redondances, il suffit de varier ses structures phrastiques, en utilisant un participe présent, par exemple : « Ayant développé cette entreprise depuis ses débuts…» ou un complément de phrase: « Grâce à cette expérience, la vente n’a plus de secrets pour moi. »
    Il est difficile d’omettre le Je et le Moi, mais on peut facilement éviter la structure sujet-verbe-complément.

    Voilà, et merci pour ce débat!

    Répondre
  3. Je suis franchement pour l’utilisation du « je » plutôt que du « il », impersonnel dans tout le sens du terme.

    Utiliser « je » renvoie à une affirmation de soi, pas nécessairement par égocentrisme ou fanfaronnade, dans une société de plus en plus concurrentielle où une certaine dose d’audace est exigée, sans demesure, toutefois.

    Utiliser « je » est par ailleurs un acte de responsabilité de la part de son auteur qui doit en être à la hauteur et qui doit, par ailleurs, avoir les moyens de sa politique, comme on dit. C’est un rôle qui n’est pas toujours facile à assumer.

    Le « il », même si en apparence étouffe la personnalité de son auteur, n’en comporte moins certains avantages, comme celui de toujours laisser à son utilisateur une certaine réserve qui lui permet d’observer et de rebondir en temps voulu.

    Pour résumer, je qualifierai « je » d’arme offensive et « il » d’arme défensive. Détenir les deux ne serait pas une mauvaise chose.

    Répondre
  4. je prefere utiliser le « je » puisque je trouve que c’est assumer toute responsabilite, tout geste, toute action. en coaching nous apprenons a utilise le je pour ensuite utiliser le « tu » et enfin faire un « nous ». utiliser une auyre personne peux faire sentir la personne accuser ou responsable de qq chose. ce qui peut etre agressant. en utilisant le « je » il est bcp plus facile de permettre a lautre de sassumer dans en etre forcer et la je parle dune situation quelconque en general a tout les niveaux 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Partagez
Tweetez
Partagez