Une question qui revient fréquemment

C’est une question qui revient régulièrement lorsque j’anime une conférence ou un atelier. En effet, nombreux sont ceux qui se demandent s’il faut accepter toutes les demandes de mise en relation ou si au contraire ils doivent limiter leur nombre de relations.

Il y a quelques années je recevais beaucoup de témoignages de personnes qui refusaient systèmatiquement les demandes de relation sur LinkedIn non personnalisées. J’observe aujourd’hui que cette tendance est nettement à la baisse ! Certains commencent même à regretter d’avoir adopté ce comportement.

Et si limiter votre nombre de relations sur LinkedIn était une fausse bonne idée ?

Beaucoup d’avis contradictoires

Les uns vous préconisent de limiter le nombre de relations aux seules personnes que vous avez déjà réellement rencontrées. Certains annoncent même très fièrement connaître toutes les personnes qu’ils acceptent dans leur réseau LinkedIn. D’autres vont même jusqu’à préconiser un nombre limite de contacts, arguant que nous ne pouvons pas connaitre et entretenir des relations avec plus de 150 personnes. Selon certains, un junior devrait afficher au moins 150 ou 250 relations et un senior au moins 500. Avoir trop de relations ne veut plus dire grand chose et pourrait même nuire à l’image du chercheur d’emploi, selon certains. Mais « trop de contacts », c’est combien ? 3000 ? 30 000 ? Et puis d’autres encore nous assurent qu’il est bon de se connecter au plus grand nombre.

Le problème, c’est que bien souvent non seulement on a affaire à des avis contradictoires, mais on a surtout affaire à des avis très tranchés, non argumentés. On nous dit de faire comme ça mais il nous manque le pourquoi ! Quelle preuve « scientifique » avons nous qui puisse justifier que limiter le nombre de ses contacts, en recherche d’emploi ou en développement de business, est utile ? Qui détient cette preuve ? Et s’ils se trompaient ? Et si, pour vos intérêts, faire l’inverse vous était plus utile ?

Collectionner les relations n’aurait pas de sens et serait inutile. Et s’il s’agissait d’une demi-vérité ? d’une croyance ? d’une idée reçue ?

Vous êtes sceptique ? et si vous essayez ?

Il y a 5 ans, j’ai rencontré un cadre de plus de 50 ans, qui avait cherché désespérément un nouveau job pendant plus de 3 ans. Pendant très longtemps, il avait succombé au chant des sirènes. On lui avait dit: « sur LinkedIn, tu dois privilégier la qualité à la quantité ». On lui a dit aussi : « tu dois te connecter uniquement avec les personnes que tu as rencontrées ». Pendant toutes ces années, il avait moins de mille relations sur LinkedIn. Et bien entendu, quand il recevait une demande de mise en relation non personnalisée, il mettait un point d’honneur à la refuser. Et puis, un jour, fatigué de ne pas trouver de nouveau job, il s’est décidé à faire tout le contraire.

Après avoir très bien renseigné son profil, il s’est mis à accepter toutes les demandes de mise en relation. Il en a demandé également beaucoup, et il s’est montré très actif sur LinkedIn jusqu’à obtenir ainsi plus de 5000 relations. Je vous le donne en mille : les opportunités se sont très rapidement démultipliées et il a retrouvé un job !

Vous allez me dire : « oui, mais cette personne n’est pas représentative, elle a eu de la chance, c’est tout ». Je ne le pense pas. Pourquoi ? Il suffit pour s’en convaincre de relire les objectifs que vous pouvez viser en choisissant d’être présent sur LinkedIn dans le but de trouver un nouveau job, et de relire les conséquences que cela engendre sur la manière avec laquelle vous devez développer votre Réseau sur LinkedIn.

Visez 4 objectifs !

Globalement, si vous êtes à la recherche d’un nouveau job, pour maximiser toutes vos chances et accélérer vos démarches, vous avez tout intérêt de viser les 4 objectifs suivants :

  1. LinkedIn doit être un support à votre démarche Réseau
  2. Faire partie des premiers résultats de recherche des professionnels du recrutement : chasseurs de têtes, DRH, responsables RH, consultants RH, chargés RH
  3. Vous rendre visible des personnes qui ne vous cherchent pas forcèment
  4. Soigner votre personal branding, soignez l’image professionnelle que vous renvoyez de vous même sur LinkedIn

Si vous visez ces 4 objectifs, il sera nécessaire de démultiplier grandement le nombre de vos relations sur LinkedIn, surtout si vous visez l’objectif n°3.

Pourquoi limiteriez vous vos relations, alors que ce sont bien elles qui vont jouer un rôle positif pour vous permettre de trouver votre prochain job ?

Quand nous cherchons à vendre un produit, nous cherchons bien un nombre de prospects important afin de vendre au plus grand nombre. Alors pourquoi en serait-il différent lorsque le produit c’est nous-même ?

Tout faire pour atteindre vos liens faibles !

L’information pertinente qui va vous permettre d’obtenir votre futur job va provenir d’un de vos liens faibles.

Rappelons nous la théorie de Mark Granovetter. Elle est plus connue sous le nom de la théorie des liens faibles. Appliquée à la recherche d’emploi, elle montre que ce ne sont pas vos liens forts qui vont vous donner l’information utile pour trouver votre nouveau job. Vos liens forts, ce sont vos proches, vos amis, vos collègues et anciens collègues, … Il y a beaucoup plus de chances que vous obteniez cette information par l’un de vos liens faibles. D’où l’intérêt majeur, lorsque l’on est en recherche d’emploi, d’apprendre la démarche Réseau et de la pratiquer !

Développer un Réseau dans le but de trouver votre futur job, ne se limite pas à vos seuls liens forts.

Votre Réseau est constitué de liens faibles dont le pouvoir est souvent négligé.

Vos liens faibles, bien plus nombreux que vos liens forts, vont vous permettre d’accéder à des cercles qui vous sont inconnus au départ. Un lien faible va par exemple être quelqu’un que vous avez rencontré quelques minutes mais qui vous a néanmoins donné sa carte. Il peut aussi s’agir d’une personne qui lit avec intérêt vos posts sur LinkedIn et qui vous demande d’être en relation.

C’est souvent bien plus vos liens faibles qui vont vous permettre de vous ouvrir des portes qui jusqu’alors vous étaient parfaitement inconnues.

Certains, toujours motivés par la perspective de bien gérer leur réseau, de limiter le nombre de contacts, limitent ceux-ci aux gens « intéressants pour eux ». Ce sont souvent des cadres dirigeants, des personnes de niveau hiérarchiques supérieur aux leurs. Encore une fois, c’est négliger les liens faibles et sous-estimer leur force. Je citerai juste l’exemple d’un cadre supérieur qui, en période de chômage, à l’issue d’une conférence, a tenu un échange intéressant avec un junior. Le lendemain, il a pris le soin de lui demander une connexion sur LinkedIn. Quelques jours plus tard, l’oncle de ce junior, dirigeant d’une très belle entreprise, le contactait pour le rencontrer puis lui proposer un poste.

Ne négligez pas vos liens faibles sur LinkedIn !

Bien entendu, multiplier les entretiens réseaux est très important. Rien ne remplacera une rencontre dans la vraie vie. Néanmoins, lorsque l’on utilise activement  LinkedIn, et que l’on publie régulièrement des informations, un contact jamais rencontré, un lien faible, peut jouer un rôle très important. Il peut lui même reposter vos informations, les commenter, ou aussi communiquer qu’il les apprécie. Votre information, votre post, votre article est alors mis en lumière auprès de ses relations dont l’une peut être intéressée et vouloir rentrer en contact avec vous.

Ne confondez pas LinkedIn avec votre carnet d’adresse !

Ne confondez pas votre carnet d’adresses avec la liste de vos relations sur LinkedIn !

Dans votre carnet d’adresse (sur outlook, gmail, ou au format papier !), vous gérez principalement vos liens forts. Ce sont les personnes que vous connaissez bien, qui vous connaissent, que vous voyez parfois, avec qui vous échangez de temps en temps par téléphone ou par mail.

Avec ces personnes vous entretenez un minimum d’échanges tout au long de l’année. Vous prenez de leurs nouvelles, vous échangez des voeux à la nouvelle année, vous leur souhaitez leur anniversaire. Entretenir ce type de relation prends du temps. Le nombre de ces relations se limite tout naturellement à votre capacité à entretenir celles-ci. Dans votre carnet d’adresse, vous allez bien entendu, d’une certaine manière, privilégier la qualité de vos contacts.

Dans le cadre d’une recherche d’emploi, si vous limitez vos relations sur LinkedIn uniquement aux personnes qui font partie de votre carnet d’adresse, disons le franchement : vous passez complètement à côté du potentiel que recèle LinkedIn !

Ne vous contentez pas d’un simple profil LinkedIn statique !

L’erreur consisterait à réaliser un simple copier-coller de votre CV dans votre profil LinkedIn, et d’attendre que les recruteurs vous contactent. Si l’audience sur votre profil LinkedIn n’est pas à la hauteur, le téléphone risque de ne pas sonner beaucoup !

Un profil LinkedIn efficace est un profil LinkedIn « vivant ». Même si c’est mieux que rien, un profil statique ne vous apportera pas grand chose. Un profil dynamique consistera à vous rendre actif : développer votre Réseau, publier des articles et des posts, liker, apporter des commentaires, relayer des informations. A ce sujet, plus le SSI de votre profil sera élevé plus vous serez performant. Je vous recommande de mener les actions nécessaires pour faire grimper votre Social Selling Index.

Afficher un profil LinkedIn bien renseigné, mettre en avant vos réalisations (sites internet, publications, livres, articles, vidéos), publier des articles et des posts en rapport avec vos activités, font partie d’une gestion efficace de votre profil LinkedIn.

A quoi cela va-t-il vous servir d’être actif sur LinkedIn si vous êtes uniquement connecté aux personnes que vous connaissez ?

Lorsque vous publiez de l’information sur LinkedIn, l’algorithme ne montre pas celle-ci à toutes vos relations. Il choisit au sein de votre Réseau les personnes susceptibles d’être les plus intéressées. Une partie seulement de vos contacts verra votre activité. Raison de plus pour être connecté à davantage de professionnels car sinon les personnes appartenant à votre cercle de niveau 2 et pire encore, celles de votre cercle de niveau 3, risquent de jamais entendre beaucoup parler de vous.

Soignez votre image !

Motivés par la perspective de bien gérer leurs contacts sur LinkedIn, certains vont même jusqu’à refuser les mises en relations ! Que dire de l’image qu’ils véhiculent dans ce cas ?

Pire encore, on m’a déjà rapporté plusieurs cas  où la personne, lorsque vous lui demandez d’être connectée avec vous sur LinkedIn, vous répond systématiquement : « A quoi cela va-t-il vous servir d’être en contact avec moi? » !?

L’année dernière j’ai assisté avec quelques camarades à une conférence intéressante sur le sens du travail. Chacun a ensuite transmis à la conférencière une demande de connexion sur LinkedIn assortie d’un mot sympathique pour la féliciter pour le qualité de sa conférence. Nous attendons toujours qu’elle accepte nos demandes ! En toute franchise, au bout de quelques mois j’ai supprimé ma demande de mise en relation tel que décrit dans cet article. Peut-être que si elle avait accepté nos demandes, nous aurions eu plus envie de faire de la publicité pour son livre dont elle nous a tant parlé durant la conférence !

Il en va de même avec vos collègues ou anciens collègues. Même si vous n’affectionnez pas particulièrement la personne, ne vaut-il pas mieux accepter la relation sur LinkedIn dès réception de la demande ? Peut-être vous supprimerez celle-ci par la suite si vraiment vous ne la portez pas beaucoup dans votre cœur. N’est-il pas mieux à court terme d’accepter afin de ménager les susceptibilités ?

Ce n’est pas non plus une raison pour accepter tout le monde !

Que dire aussi des personnes qui au lieu de vous envoyer une demande de connexion classique vous envoie un In-mail pour vous demander si vous accepteriez d’ère en contact avec eux. Et lorsque vous répondez oui, ils ne vous envoient pas la demande de connexion !

Ou ceux qui vous envoient le détail de leur offre commerciale en même temps que la demande de connexion ? Ou ceux qui vous envoient leur offre commerciale par e-mail immédiatement après que vous ayez accepté leur demande de connexion ? Il sera bien entendu logique de refuser ce type de demande ou de supprimer la relation immédiatement après l’avoir acceptée sous peine de crouler par la suite sous les publicités.

A vous de définir vos critères pour accepter ou non les demandes de mise en relation que vous recevez. Personnellement j’accepte tout le monde sauf les profils :

  • sans photo portrait
  • Entreprise ou Association, ce sont des profils individuels qui ont été utilisés pour l’organisation (LinkedIn l’interdit !)
  • présentant peu de relations
  • très très peu renseignés
  • qui s’expriment sur des terrains autres que professionnels

Conclusion

Je ne vois aucune bonne raison de limiter drastiquement le nombre de vos relations sur LinkedIn. La qualité d’un contact n’est pas obligatoirement une valeur intrinsèque de la personne. Elle peut résider également dans le nombre de contacts qu’il présente, les ouvertures qu’il peut vous apporter dans ses propres cercles, et les opportunités qu’ils peuvent vous apporter. Vous le savez bien, le monde est petit et on ne sait jamais qui connaît qui.

Définissez vos objectifs sur LinkedIn ! Puis déduisez en les conséquences sur la manière de développer votre Réseau sur LinkedIn ! Et enfin, passez à l’action !

Envie d’un profil complet et dynamique ? Consultez nos offres depuis le simple audit de votre profil jusqu’à l’accompagnement complet et personnalisé !

Philippe Douale
Outplaceur – Expert LinkedIn