Plus de 45 ans: devenez manager de transition !

Vous connaissez la rengaine : passé 45 ans, difficile de retrouver un poste en CDI. Trop expérimenté, trop rigide, trop cher… sont les a priori régulièrement avancés pour débouter les profils les plus seniors. Mais un domaine leur tend les bras : le management de transition. Devenir manager de transition est une bonne idée à condition de cocher les bons critères et de taper aux bonnes portes. Explications.

1- Manager de transition, l’opportunité de valoriser votre expérience

Personne ne débute sa carrière en tant que manager de transition. Pour s’en convaincre, il suffit de partir des attentes de l’entreprise à la recherche de ce type de profils.

Dans quelles circonstances fait-elle appel à un manager de transition ? Deux situations se dégagent :

      Le management relais consiste à assurer l’intérim sur un poste, le temps que l’entreprise recrute un cadre en CDI, ce qui prend souvent plusieurs mois entre la définition du poste et l’embauche.

      Le management de projet a pour objectif de confier à une ressource externe un projet nécessitant des compétences dont l’entreprise ne dispose pas en interne.

Dans les deux cas, l’expérience du candidat est la clé de la réussite car pour être opérationnel dès la prise de fonction, il faut avoir déjà rencontré et traité avec succès des situations similaires. D’autant que la durée des missions est en moyenne de 7 mois, donc il n’y a pas de temps à perdre pour atteindre les objectifs.

En résumé : ce type de missions s’adresse aux profils expérimentés. Traduction : après 45 ans.

2- Peu de missions donc peu d’élus

Le marché du management de transition représente en France environ 3000 missions par an, effectuées soit par des managers contactés directement par les entreprises demandeuses (1/3 du marché), soit par l’intermédiaire de cabinets spécialisés disposant en base d’un vivier de postulants prêts à intervenir chez leurs clients (2/3).

Selon le baromètre établi annuellement par France Transition, la fédération du secteur, l’industrie est le plus gros pourvoyeur de missions de transition (50%), loin devant les services (20%) et la distribution (12%).

Les profils de DAF, DRH ou Directeur industriel sont les plus recherchés, totalisant la moitié des offres, mais les entreprises sont de plus en plus ouvertes à intégrer des managers de transition sur des fonctions informatiques, d’achats-supply-chain, de marketing-commercial, voire au niveau de la Direction générale.

3- Les qualités pour réussir en tant que manager de transition

Au-delà de l’expertise métier, les principales attentes des clients portent sur la capacité à conduire le changement voire, dans 15% des cas, à faire face à une situation de crise, qu’elle touche l’organisation dans son ensemble, un service ou une équipe. 

D’où des qualités particulièrement recherchées comme :

une bonne résistance au stress

une forte réactivité

une orientation résultats

des aptitudes managériales

une bonne communication

Mais encore… deux qualités sont particulièrement prisées :

la mobilité puisque vous devez être en capacité de travailler temporairement dans les locaux de l’entreprise qui fait appel à vous, où qu’ils se situent

l’intégrité puisque vous êtes susceptible d’intervenir dans des environnements particulièrement complexes qui imposent de prendre de la distance vis-à-vis des luttes de pouvoir internes afin d’établir le diagnostic et le plan d’action les plus pertinents. 

Au regard de cette absolue nécessité de neutralité, il est préférable qu’un manager de transition n’ait pas pour objectif de se faire embaucher en CDI au terme de sa mission. S’il montre des ambitions personnelles, il risque fort de perdre la confiance liée à son statut spécifique d’expert missionné pour l’atteinte d’un objectif précis dans un temps imparti. 

4- Quelques conseils si vous passez par un cabinet spécialisé

Vous l’avez compris : pour être identifié en tant que manager de transition, il convient soit de disposer d’un bon réseau puis de faire ses preuves en situation, soit de faire appel à un cabinet spécialisé qui, au vu de votre CV, considèrera que vous avez ou non le profil adapté à ce type de missions.

Repérer les cabinets est un jeu d’enfant : en faisant une recherche sur Google, vous trouverez facilement leur nom. Reste alors à leur adresser votre CV en détaillant vos réalisations puisqu’ils doivent cerner rapidement dans quel contexte vos aptitudes sont à même de faire la différence.

Si une mission correspond à votre profil, ils ne manqueront pas de vous appeler et seront à vos côtés tout au long de la mission, notamment :

lors de la première rencontre avec le client (sauf si celui-ci s’y oppose, ce qui se produit parfois)

lors de la présentation au client du diagnostic et du plan d’action, généralement 3 à 4 semaines après le lancement de la mission

lors des points d’étape 

au terme de la mission afin de s’assurer notamment de la transmission effective des éléments du dossier aux équipes internes 

Bien entendu ces jalons sont indicatifs. Ils doivent pouvoir s’adapter aux exigences de la situation et du client.

Côté facturation, un prix de journée est en général établi intégrant la rémunération du manager ainsi qu’un coefficient multiplicateur lié aux prestations annexes mises en place par le cabinet (cadrage du besoin du client, sélection des managers, mise en place de la mission, suivi technique du manager, engagement de continuité de service en cas de problème…). 

En pratique, le cabinet facture le client et le manager facture le cabinet. Concrètement, selon votre statut juridique, soit vous serez en mesure d’émettre une facture, soit vous devrez passer par une société de portage qui émettra la facture et vous versera un salaire. Je vous conseille de bien identifier les avantages et les limites de chacune de ces solutions avant de faire votre choix.

Manager de transition – Pour conclure

Seniors first ! Oui le management de transition fait exclusivement appel à des profils confirmés ce qui déroge singulièrement dans un marché de l’emploi fortement tenté par le jeunisme. Mais attention : il y a objectivement peu de missions et elles sont prioritairement proposées aux managers rompus à ce type d’exercice. En tant que nouvel entrant, il vous faudra donc convaincre de la légitimité de votre profil (savoir-faire et savoir-être) afin d’espérer décrocher une première mission qui, si elle se passe bien, devrait vous conduire à une seconde puis une troisième, etc. Avec à chaque fois, le frisson de la nouveauté et la satisfaction d’être utile et souvent même indispensable. Qui dit mieux ?

Nos offres pour les indépendants, les freelances

Consultez nos offres d’accompagnement pour se lancer en tant que freelance et trouver des clients !

Suggestions de lecture

Le management de transition en 7 questions

Freelance : quel statut juridique adopter ?

Suivez Orgaphenix sur Facebook, LinkedIn, Instagram, Youtube et Twitter, ou abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir, chaque semaine, nos derniers articles et dernières vidéos.

Laisser un commentaire

Philippe Douale

Expert en évolution professionnelle, LinkedIn & Networking

Philippe accompagne les cadres et les dirigeants, en évolution professionnelle, pour trouver leur prochain poste, en outplacement complet (6 mois, 9 mois, un an, où jusqu’à la fin de la période d’essai), ou en outplacement en version accélérée (3 mois).
Philippe propose également des accompagnements spécialisés sur votre profil LinkedIn, que vous désiriez utiliser celui-ci pour trouver votre prochain poste, faire décoller votre business en tant que freelance, ou soigner votre image professionnelle en tant que dirigeant en poste.
Si vous êtes freelance, ou souhaitez le devenir, Philippe vous accompagne pour prendre ou reprendre un bon départ et faire décoller votre activité.

Partagez
Tweetez
Partagez