Parfois, une entreprise a besoin d’une compétence précise là, tout de suite.
D’une personne capable de démêler une situation stratégique sur le court terme, sans pour autant intégrer l’entreprise durablement.

Voilà qui tombe à pic : c’est ce que proposent les managers de transition, un métier de plus en plus en vogue sur le marché français.

Que vous soyez intéressé par ce job, ou que vous en recherchiez un pour votre entreprise, nous vous dévoilons tout ce qu’il faut savoir sur le management de transition en 7 questions-clés.

Qu’est-ce que le management de transition ?

Un manager de transition est un ancien cadre, qui intervient dans une entreprise pour une durée déterminée (en moyenne plus de 200 jours). Son objectif : remplir une mission spécifique, qu’une entreprise a ciblé en amont de son arrivée.

Contrairement à ce que l’on croit généralement :

  • Ses missions ne concernent pas forcément une gestion de crise.
  • Il peut s’agir de projets dans tous les pôles de l’entreprise, même s’il s’agit souvent des pôles Direction Générale, RH ou encore Direction Financière.
  • Le manager de transition peut intervenir dans tous les secteurs d’activité également

Sur ce dernier point, notons d’ailleurs qu’il est bien souvent spécialiste d’un secteur ou d’un type de projet spécifique.

Sur quel type de projet intervient un manager de transition ?

On pense tout de suite aux situations d’urgence, où l’entreprise a un besoin rapide d’un intervenant déjà compétent. Départs en retraite sans remplacement adéquat, congé maternité, absence soudaine d’un cadre, maladie, accident…
Le manager de transition comble rapidement ces besoins, et est opérationnel quasi immédiatement.

Toutefois, de nombreux projets choisissent un management de transition pour des missions moins urgentes :

  • Sur des projets ponctuels, qui nécessitent des compétences internes que l’entreprise n’a pas en interne. Il est alors inutile pour l’entreprise d’embaucher quelqu’un.
  • Sur des situations exceptionnelles, devant lesquelles un spécialiste est crucial : ouverture de nouveaux marchés, de filiales, situation de crise…

En somme, l’entreprise attend du manager de transition 2 éléments-clés : une l’expertise très précise par rapport à ses besoins et de la rapidité d’exécution.

Quels sont les avantages du management de transition pour une entreprise ?

Au-delà du fait qu’il est opérationnel rapidement, et trouve des solutions à des problèmes complexes et/ou urgents, le manager de transition est bien mieux accepté par les équipes internes.

Il n’y a en effet pas de compétition avec les collaborateurs, puisqu’il est totalement isolé des problématiques politiques de l’entreprise. Il ne cherche pas de CDI, et assume totalement sa position transitoire : de quoi rassurer les équipes internes sur leur carrière et leur avenir dans l’entreprise.

Il apporte également un regard véritablement neuf à l’entreprise et aux équipes, qui peut stimuler leur motivation et la performance de leurs actions.

Et les avantages pour le manager de transition lui-même ?

Lorsque l’on travaille dans le management de transition, on bénéficie bien souvent de nombreux avantages :

  • Un vrai sentiment d’accomplissement, du fait du travail en mode projet. A chaque nouvelle mission, de nouveaux challenges doivent être relevés. Sans compter que la rapidité de la mission provoque une véritable sensation de performance.
  • Une réelle autonomie, qui permet d’être libre sur les choix de carrière que l’on veut faire.
  • Une possible sélection de ses projets et de ses clients, lorsque l’on arrive à se positionner correctement sur le marché. Il s’agit, en somme, d’un métier de passion, que l’on fait lorsque l’on “sent” l’entreprise.
  • Un développement de nouvelles compétences permanent, du fait de la diversité potentielle des secteurs d’activité, des types de projets, des structures, des outils, des dynamiques des entreprises… De la diversité naît de nouvelles aptitudes.

Quelle est la différence entre manager de transition et consultant ?

Contrairement à ce que l’on pense, la différence n’est pas forcément dans le cadre juridique que suppose le contrat signé avec les managers de transition. Celui-ci peut tout à fait être en portage salarial, en intérim, ou bien à son propre compte… comme un consultant.

Cependant, la différence provient du fait que le consultant intervient en tant que conseil externe, tandis que le manager de transition gère un projet de A à Z sur la période de son contrat. Il a le pouvoir direct de décision dans l’entreprise, comme un véritable salarié l’aurait.

Combien coûte un manager de transition ?

Même s’il assume ses charges patronales et salariales, un manager de transition peut coûter cher. Une bonne fourchette de prix pourrait être de 900€ HT à 2000€ HT / jour.

Cependant, il est directement opérationnel, car il possède les compétences exactes qu’une entreprise recherche : quel gain de temps !

De plus, ce coût est à modérer, lorsque l’on pense au coût d’un recrutement infructueux.

Quel est le profil du manager de transition idéal ?

Pour exercer dans le management de transition, il faut généralement 15 ans d’expérience minimum à des postes de direction, ainsi qu’une véritable expertise en gestion de situations exceptionnelles.

Au-delà du parcours préalable du manager de transition, celui-ci doit :

  • Être adaptable, et mettre en oeuvre les solutions recherchées par l’entreprise rapidement
  • Avoir des talents en management, pour permettre aux équipes internes d’être bien guidées par un expert du sujet
  • Être orienté résultats, pour chercher le plus de résultats, le plus rapidement possible

Vous vous retrouvez bien dans ce profil-type, et souhaitez vous reconvertir vers du management de transition ? N’hésitez pas à faire appel à nos experts, sur tous les domaines d’action qui se rapportent à ce métier trépidant : nous pouvons vous aider à développer votre business.

Philippe DOUALE