Est-ce vraiment le job de vos rêves ? Les 5 questions à se poser avant de signer.

Est-ce vraiment le job de vos rêves ? Les 5 questions à se poser avant de signer.

L’appel tant attendu vient d’intervenir : l’entreprise dans laquelle vous postuliez vous propose de vous embaucher. Mais avant de signer le contrat de travail, prenez un moment pour vous refaire le film. Avez-vous obtenu toutes les réponses aux questions que vous vous posiez ? Si des zones d’ombre persistent, ne restez pas inactif. Cherchez à savoir dès à présent ce que vous risquez de découvrir trop tard.

1) Objectifs, moyens, délais : tout est clair ?

Vous rejoignez une entreprise qui a des attentes à votre égard et c’est normal. Mais avez-vous suffisamment investigué cet aspect ? C’est parfois délicat, il est vrai, de rentrer dans le détail du détail au cours du processus de recrutement, sous peine de passer pour une personne exagérément prudente. De là à imaginer que le poste vous fait peur ou que vous êtes trop tatillon, il n’y a qu’un pas que le recruteur risque de franchir allègrement. Et pourtant, on attend d’un cadre et d’un dirigeant qu’il soit en mesure de réaliser ses objectifs avec les moyens et dans le temps négociés. Ne pas aborder ces incontournables du poste, ou de façon trop allusive, peut être perçu comme irresponsable. Il faut donc trouver le point d’équilibre pour ne pas compromettre la suite.

2) Rémunération : que contient réellement votre package ?

La rémunération est l’un des points déterminants de votre engagement professionnel. Alors posez-vous les bonnes questions qui, d’un individu à l’autre, peuvent varier. Par exemple :

  • Est-ce que j’ai envie de travailler plus pour gagner plus ? 
  • Est-ce que la rémunération est à la hauteur des responsabilités qu’on souhaite me confier ?
  • Partie fixe, partie variable : où dois-je mettre le curseur ?
  • Quels avantages au-delà du salaire ? Participation aux bénéfices ? Voiture de fonction ? Téléphone et ordinateur ? Mutuelle ? Congés ?

Pas de tabou dans ce domaine. L’enjeu est trop important. Alors tenez compte de vos motivations pour déterminer la rémunération acceptable pour vous. Si ce qu’on vous propose n’est pas à la hauteur, cherchez à négocier dès à présent un rattrapage dès que le chiffre d’affaires aura progressé puisque ce résultat sera en partie dû à votre talent.

3) Locaux, collègues, manager : quelle est votre première impression ?

Lors du processus de recrutement, vous avez été amené à vous rendre dans les locaux de votre future entreprise, à y rencontrer un certain nombre de personnes, dont votre n+1. Qu’avez-vous ressenti ? C’est le moment de ne pas éluder certaines questions, sous peine de rapidement déchanter. Parmi celles-ci :

  • Le temps de trajet est-il raisonnable ?
  • Les locaux sont-ils attrayants ?
  • Open-space ou bureau isolé ?
  • Ai-je été accueilli avec le sourire ? 
  • A-t-on cherché à me mettre à l’aise ?
  • Mes futures collègues ont-ils l’air épanoui ?
  • Quel est le style de management de mon futur chef ? 

Fiez-vous à votre première impression. Elle est souvent juste. Bien sûr, tout ne peut pas être parfait mais passez-en revue tous les points qui vous importent et voyez, pour chacun d’entre eux, s’ils sont non négociables ou peuvent être compensés par un autre critère. Vous vous éviterez bien des désillusions.

4) Mener un challenge personnel mais jusqu’où ?

La fonction qu’on vous propose est un vrai tournant dans votre carrière : elle vous propulse à un niveau de responsabilité encore jamais atteint, ce qui vous réjouit et vous flatte. Vous allez donc mettre un point d’honneur à exceller, ce qui sous-entend généralement, beaucoup de travail et de stress. Mais êtes-vous sûr de tenir dans ces conditions ?

Il est capital d’être en phase avec ses objectifs personnels qui souvent varient au cours d’une vie professionnelle.

5) Où en suis-je dans mon parcours professionnel ?

Comment la proposition qui vous est faite s’insère-t-elle dans votre parcours professionnel ? Jouez-vous la continuité ou au contraire la rupture avec vos expériences précédentes et pourquoi ? Est-ce vraiment ce qui vous attire ? Ou juste une opportunité qu’il convient de saisir pour atteindre ce que vous avez toujours voulu ? 

En d’autres termes, votre futur poste est peut-être un emploi de transition ou un véritable choix de vie. Seul vous pouvez le déterminer. L’important est que vous soyez en phase avec cette décision. Sous peine de frustration.

Difficile après avoir éprouvé pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois, l’angoisse d’un processus de sélection de ne pas être grisé par son dénouement heureux. Et pourtant, sans certitudes sur les sujets qui comptent pour vous, ce nouvel emploi peut rapidement tourner au cauchemar. Combien de périodes d’essai interrompues ? D’incompréhension, de frustration et de mal-être ? Vous l’aurez compris, l’euphorie est rarement la meilleure conseillère lorsque votre avenir est à la clé.

Pas d'événement actuellement programmé.

Laisser un commentaire

Partagez
Tweetez
Partagez