Hervé Bommelaer – Interview

1) Philippe DoualeHervé Bommelaer, vous avez publié cinq livres sur le réseau et vous donnez de nombreuses conférences sur ce sujet. J’ai souvent entendu prononcée l’expression « pape du réseau » pour vous désigner. Alors, comment avez vous fait et qu’est-ce que cela fait d’être une référence du networking en France?

Hervé Bommelaer – L’histoire est simple. J’ai eu la chance de bénéficier d’un outplacement il y a treize ans et, dans ce cadre, j’ai rencontré un consultant qui m’a fait bénéficier de sa grande expérience en matière de réseau. J’ai été immédiatement convaincu par cette démarche qui est fondamentale pour décrocher un emploi en France. Grâce au réseau, j’ai trouvé un job dans l’outplacement de cadres dirigeants, Puis, j’ai cherché les bons livres sur le sujet, mais étonnamment à l’époque, il n’existait pas un seul ouvrage sur la recherche d’emploi via le réseau. Aussi, j’ai décidé de l’écrire! Mon ouvrage « Trouver le bon job grâce au réseau » est sorti en 2005. Le livre a reçu un excellent accueil. Il m’a permis de donner des conférences, et d’être rapidement identifié comme « monsieur réseau ». Dans la foulée j’ai écrit deux autres bouquins, toujours sur le réseau et, à un moment donné, effectivement on m’a surnommé le « pape du réseau ». En fait, dans la mesure où il n’y avait pas de concurrence, je me suis retrouvé le premier sur ce « territoire » que personne n’occupait. Je suis toujours étonné qu’avant moi, dans le métier de l’outplacement, personne n’ait songé à écrire sur ce sujet.

PhilippeComment avez vous trouvé un éditeur pour ce premier livre?
Hervé – J’ai d’abord songé à écrire aux maisons d’éditions mais je me suis dit que rédigeant un livre sur le réseau, il était logique d’utiliser le réseau pour approcher les éditeurs. J’ai commencé à en parler autour de moi et une personne du monde de l’édition, rencontrée quelques temps plus tôt lors d’un séminaire d’analyse transactionnelle, m’a proposé d’en parler à Serge Eyrolles qu’il connaissait bien. Grâce à lui, j’ai donc rencontré Serge Eyrolles qui a accepté de me publier au bout de 20 minutes d’entretien.

Ce premier livre a été réédité 5 fois et vendu à plus de 20 000 exemplaires :

Ce succès m’a permis d’en publier quatre autres, toujours chez Eyrolles. Au final, je trouve cela étonnant d’être devenu la référence sur le réseau, mais honnêtement, ce n’était pas difficile, il fallait juste écrire le bon livre au bon moment et donner les bonnes conférences sur le sujet. Je n’ai pas cherché à obtenir cette image mais évidemment, je ne le regrette pas !

2) PhilippeMon blog philippedouale.com a pour vocation de partager des bonnes pratiques pour apprendre à s’organiser pour réussir. Réussir à gagner du temps, réussir ses entretiens, réussir à utiliser les réseaux sociaux. Il est question aussi de passer de la performance à l’efficacité, au sens où la performance consiste uniquement à faire plus avec moins de ressources, et l’efficacité à se rapprocher de ses objectifs. Quels sont pour vous les 3 conseils que vous donnez au chercheur d’emploi pour passer de la performance à l’efficacité ?

HervéLe premier conseil que je lui donne est d’être clair et précis sur son projet. En effet, je rencontre parfois des personnes qui partent dans toutes les directions et c’est vraiment de la perte de temps, de la perte de confiance et aussi de la perte en crédibilité. Il est particulièrement important d’avoir un projet précis, simple et réalisable. Quand le chercheur d’emploi présente son projet, on doit le comprendre tout de suite.

Le deuxième conseil consiste à faire du réseau ! Le réseau permet d’accéder aux chasseurs de têtes, d’identifier des pistes et d’accéder au marché caché qui est très important.

Le troisième conseil consiste à être organisé et professionnel dans sa démarche. L’efficacité en recherche d’emploi est liée à la professionnalisation de la démarche. Chercher un emploi « en amateur » est voué à l’échec. Il est utile d’être bien conseillé, de lire les bons livres et de se doter d’une organisation hors pair. L’organisation efficace s’accompagne aussi d’une bonne dose de discipline personnelle, d’énergie et d’optimisme.

3) PhilippeUne étude Apec publiée, mercredi 18 juin 2014, assure que le recrutement de plus de 8 cadres sur 10 en 2013 (82%), a fait suite à la diffusion d’une offre d’emploi. Répondre aux annonces serait-il le moyen le plus efficace de trouver son nouveau job ?

Hervé – Avant 2007/2008, chaque année, l’Apec publiait une étude qui montrait que sur l’ensemble des cadres, le réseau était à l’origine d’environ 40% des jobs. Cela confirmait les chiffres que nous constations dans le métier de l’outplacement. Nous observions également que, pour les cadres confirmés, cadres supérieurs et dirigeants, le réseau était à l’origine de 70% des jobs. Et puis, d’un seul coup à partir de 2008, l’Apec annonça que le réseau ne fonctionnait plus et qu’il était à l’origine de moins de 10% des jobs. J’ai alors étudié la méthode utilisée pour les sondages et je me suis aperçu que l’échantillon avait été modifié. On interrogeait auparavant les chercheurs d’emploi – « comment avez-vous trouvé ce job? » et on s’est mis d’un seul coup à interroger les DRH : « comment avez-vous recruté vos nouveaux collaborateurs? ». La perception n’est évidemment plus la même !

PhilippeUne étude menée en ligne par RegionsJob du 17 au 27 juin 2013, auprès de 14 000 personnes en France, dont plus de 350 travaillant dans les ressources humaines, révèlerait que les sites d’offres d’emploi (les job-boards) restent les canaux de recrutement jugés les plus efficaces aux yeux des candidats et des employeurs. Ils devanceraient largement les portails institutionnels comme Pôle Emploi et les réseaux sociaux tels que LinkedIn et Viadeo.

Hervé : Ces chiffres ne m’étonnent pas. Les job boards de type Cadremploi, RégionsJob, Apec, Indeed, etc. sont plus efficaces que le site de Pôle emploi. Ils sont également plus puissants que LinkedIn et Viadeo qui publient certes des annonces mais ne sont pas au départ des sites d’emploi.

4) PhilippeSelon vous, pour être vraiment efficace, quel pourcentage de son temps doit consacrer un chercheur d’emploi sur :
• répondre à des annonces sur les sites d’offres d’emploi,
• envoyer des candidatures spontanées,
• faire du réseau (dans le monde réel),
• mettre à jour et faire vivre ses profils sur les réseaux sociaux (viadeo, linkedin, twitter…)

Hervé – tout dépend de la population concernée et du secteur d’activité. Pour faire simple, je dirais que pour un cadre supérieur ou dirigeant, la « bonne formule » c’est :
• Entre 70 et 75% de son temps consacré à faire du réseau.
• Entre 10 à 15% à rencontrer les chasseurs de têtes.
• Entre 5 à 10% consacré aux job-boards. Une bonne habitude consiste à répondre tous les lundis matins aux annonces qui sont réellement intéressantes pour lui.
• L’usage des candidatures spontanées est à réserver dans un second temps, pour optimiser son ciblage en contactant les cibles non approchées jusque là.

Pour un jeune débutant, c’est différent. Je dirais :
• Un tiers de son temps consacré au réseau.
• Un tiers pour répondre aux annonces.
• Et le dernier tiers pour les candidatures spontanées.

Le débutant doit évidemment faire du réseau. Il est tout à fait légitime pour réseauter car il est logique qu’il demande à rencontrer les gens capables de lui donner des conseils sur le métier qu’il veut exercer.

Philippe : Hervé Bommelaer, merci beaucoup pour cette interview et d’avoir répondu à nos questions.

Philippe Douale

Hervé Bommelaer (diplômé de Sciences Po Paris et de l’Essec)  est consultant en outplacement et gestion de carrière. Spécialiste des techniques d’activation du Réseau dans la recherche d’emploi, l’optimisation de carrière et le développement de business, il est considéré comme l’auteur de référence sur ce sujet en France. Il anime des conférences auprès des associations d’anciens élèves de l’Esses, de l’Insead, de l’école des Mines, de Centrale, de l’ESCP-EAP.

Je conseille à chacun de s’inscrire sur la newsletter d’Hervé Bommelaer qui publie un nouvel article régulièrement !

http://hervebommelaer.blogspirit.com

Et pour aller plus loin, voici la référence des 5 livres écrits par Hervé Bommelaer :

 

2016-12-13T10:34:27+00:0019/07/14|Interviews|0 commentaire

Laisser un commentaire

Partagez
Partagez
+1
Tweetez