Devenir indépendant, une réalité en pleine croissance

Une rémunération proportionnée à votre investissement, des horaires adaptés à votre rythme de vie, plus de chef tatillon et de tâches stériles : bienvenue dans l’univers freelance ! Un statut en plein développement et ouvert à la plupart des métiers… à condition de bien cadrer son projet.

Renouez avec l’épanouissement au travail

Managers de transition, coachs, développeurs, graphistes, rédacteurs,… derrière ces professions, très souvent, un même statut : celui de freelance. Et une conception du travail fondée sur l’épanouissement, à travers une valeur cardinale : l’indépendance.

Fini les horaires imposés, les tâches inutiles, les ordres aberrants que tout salarié, même le mieux loti, subit au cours de sa vie professionnelle. Certes si vous intervenez en régie, c’est-à-dire chez le client, vous avez un peu moins de souplesse mais pouvez cependant poser vos limites. Dans ce cas, il s’agit d’un engagement de moyens.

En freelance, le patron, c’est vous et vous allez adapter votre activité à vos objectifs et à vos contraintes.

Conciliez vie professionnelle et personnelle

Vous souhaitez travailler plus pour gagner plus ? Ou mieux encore, vous voulez travailler moins pour gagner plus ? Aller chercher vos enfants à la sortie de l’école ? Vous évader régulièrement ? Pratiquer davantage de sports ? Vous voulez plus de temps pour vous permettre de vous réaliser, d’être réellement vous-même, de vivre votre vraie vie, d’exaucer vos rêves ?

Vous préférez travailler la nuit quand tout est silencieux ? Ou commencer très tôt le matin ? 

A chacun son rythme de vie, bien souvent incompatible avec une activité salariée classique où le 9h-18h est encore la norme et l’investissement pas toujours reconnu.

Si vous intervenez au forfait, il s’agit alors d’un engagement sur les résultats et non plus sur les moyens, vous organisez donc vos plages de travail à votre convenance. Il n’y a plus que les résultats qui comptent. Peu importe à votre client dans quelle configuration vous y êtes parvenu. L’essentiel est d’avoir fourni ce qui était attendu dans les délais.

Testez votre potentiel freelance

Vous ressentez les limites du salariat mais hésitez encore à vous mettre à votre compte.  Vous souhaitez compléter votre salaire par une activité plus ou moins occasionnelle. Comme tout projet, la question d’un nouveau statut doit faire l’objet d’une réflexion structurée avant toute décision.

Posez-vous les questions suivantes : 

  • Ai-je besoin de stabilité et de sécurité ? En d’autres termes : comment réagissez-vous aux fluctuations d’activité ? Car tous les freelances au forfait vous le diront : les missions s’enchaînent rarement. La plupart du temps, elles se télescopent et mobilisent alors toute votre énergie pour passer, dans la même journée, d’un sujet à l’autre.

Il n’est pas rare qu’à ces moments d’intense activité succède une période de calme plat : plus aucun appel de vos clients. Vous n’aimez pas prospecter ? Ce n’est pas grave mais il faut alors savoir trouver de nouveaux clients grâce au business networking et grâce au digital. D’où l’interrogation suivante :

  • Comment rester positionner au maximum sur mon cœur de métier ? Eh oui, si vous quittez le salariat, vous n’avez plus à disposition l’ensemble des services internes : pôle commercial, comptabilité, communication, vision managériale… 

Bien sûr des solutions existent pour faciliter la vie des indépendants : sociétés de portage salarial, logiciels de comptabilité adaptés, prestataires spécialisés… mais quel que soit le degré de sous-traitance, vous ne pourrez plus uniquement vous concentrer sur votre cœur de métier.

  • Autonome mais jusqu’où ? En effet, de l’autonomie à la solitude, il n’y a qu’un pas que la plupart des indépendants franchissent avec aisance, notamment ceux qui exercent un métier créatif où le néant, la page blanche, stimule l’imaginaire. Mais la solitude n’est pas toujours la meilleure conseillère quand des décisions engagent l’avenir. Partager ses réflexions au sein de réseaux professionnels, se faire accompagner par un spécialiste du sujet, peut constituer à certaines étapes décisives, la solution pour avancer. 
  • Puis-je m’isoler pour travailler ? Il est indispensable de disposer, au sein du logement, d’un espace de travail dédié et isolé phoniquement. Rompant avec le traditionnel schéma « quand je suis à la maison, je ne travaille pas », l’indépendant en home-office doit poser des limites à son entourage (enfants, conjoint…) afin qu’il respecte ses plages de travail même si la tentation est grande de le solliciter. 

La réponse à ces questions vous a conforté dans votre envie de sauter le pas ? Vous aimeriez approfondir certaines pistes ? Pour mettre toutes les chances de votre côté, mieux vaut à ce stade contacter un professionnel de l’accompagnement et clarifier avec lui les zones d’ombre de votre projet. Avec à la clé, l’assurance d’une nouvelle vie.

Pas d'événement actuellement programmé.

Laisser un commentaire

Partagez
Tweetez
Partagez