Démarche Réseau : un passage obligé mais rarement spontané

Démarche Réseau : un passage obligé mais rarement spontané

Vous l’avez entendu, vous l’avez lu mais ce n’est pas pour cela que vous êtes convaincu. La démarche Réseau a beau être plébiscitée par tous les professionnels de l’emploi, elle désarçonne. De quoi s’agit-il ? De réussir par vos connaissances, et surtout par les connaissances de vos connaissances, à décrocher votre prochain job. Présenté ainsi, l’approche semble à la portée du plus grand nombre. En réalité, elle va à l’encontre de ce qui vous a été inculqué dès votre plus jeune âge. Alors comment faire ? 

  1. L’art de désapprendre ce qui vous a construit

La démarche Réseau est un peu l’antithèse des rapports inculqués tant à la maison qu’en classe. Qu’apprend-on sur les bancs de l’école ? A écouter et à répondre après avoir levé la main et reçu l’autorisation de s’exprimer. Rares sont les moments où il faut se mettre en avant et défendre ses idées devant la classe. Concourir au poste de délégué fait partie de ces exceptions et peu d’élèves apprécient l’exercice.

Qu’apprend-on à la maison ? A ne pas parler à table afin d’écouter les adultes, à ne pas parler aux inconnus (c’est dangereux !), à ne pas parler de soi (c’est mal élevé !), à ne pas demander (cela ne se fait pas !), à se contenter de ce que l’on a (c’est la Règle !). On vous a également fait comprendre que pour réussir dans vie il fallait bien travailler et beaucoup. L’ennui c’est que la démarche Réseau, c’est tout l’inverse de ce que vos professeurs et vos parents vous ont appris !

En effet, dans la démarche Réseau, il s’agit de parler à table, de s’entretenir avec des inconnus, de parler de soi, de demander, de ne surtout pas se satisfaire de ce que l’on a déjà, de ne pas se consacrer uniquement à son travail pour se laisser le temps de se construire un Réseau. En définitive, c’est l’inverse de ce que l’on vous a inculqué dans vos jeunes années.

Dès lors, on comprend mieux pourquoi la démarche Réseau pose question aux personnes en recherche d’emploi. Souvent fragilisées par un départ plus ou moins volontaire, elles peuvent vivre cette approche comme une humiliation de plus : solliciter quelqu’un pour lui parler de soi et lui demander des choses est aux antipodes de l’image du brillant super-cadre bien entouré, objet de toutes les attentions et recherché pour ses conseils. 

Et pourtant, passé 45 ans, inutile de passer sa vie à consulter les petites annonces car celles qui vous intéressent n’y figurent pas. Le cadre ou le dirigeant qui recherche un nouveau job à 45 ou 50 ans, découvre l’existence du marché caché de l’emploi. Pour leurs emplois premium, les entreprises préfèrent passer prioritairement par leur Réseau, en toute discrétion. Arriver à investir ce marché caché de l’emploi est donc votre planche de salut.

Oui mais comment ? En dédramatisant, en apprenant la démarche Réseau et en vous y préparant !

  •  Marché du travail : faites le deuil de vos idéaux

Vos repères flanchent. Vous êtes déstabilisé. On le serait à moins. 

  • Ne vous avait-on pas certifié que le diplôme protège de la précarité ? A observer le nombre de cadres et de dirigeants aux cursus prestigieux et qui, pourtant, sont remerciés du jour au lendemain, vous commencez à douter du bien-fondé de cette affirmation et c’est normal.
  • N’est-il pas de notoriété publique qu’investissement et humilité sont les principaux moteurs de l’ascension professionnelle ? Alors pourquoi promeut-on régulièrement des personnes plus à l’aise pour parler de leurs résultats que pour les afficher ? Là-encore, la vie s’est chargée de vous déciller. 

Le monde du travail n’est pas forcément vertueux. Il a ses règles qu’il vaut mieux connaître sous peine de se mettre hors-jeu. Il est temps de faire le deuil de vos idéaux et de vous former aux techniques de recherche d’emploi qui marchent sous peine de vous faire voler les postes par de moins bons que vous, qui eux, auront professionnalisé leur démarche.

  • La démarche Réseau : suivez le guide

Réseauter ne s’improvise pas et tant mieux. C’est même un domaine où l’investissement est récompensé. 

En d’autres termes, le fait de « rencontrer des personnes qui peuvent vous aider dans votre projet professionnel » dissimule un travail préparatoire conséquent. Car pour être profitable, l’échange envisagé doit se structurer autour de deux temps forts :

  • Votre présentation : vous, votre projet.
  • Votre demande : en quoi votre interlocuteur peut vous être utile (informations, avis, conseils, contacts…).

Sur ces deux points, l’objectif est d’être à l’aise, ce qui, nous l’avons vu précédemment, n’est pas évident. La solution ? Entraînez-vous, au besoin faites appel à un expert en transition professionnelle, ce qui vous permettra de gagner un temps précieux. Quelques conseils pour réussir :

Le pitch : terme consacré pour désigner cette présentation succincte (environ une minute et trente secondes, jamais plus de deux minutes) que vous allez réaliser devant votre interlocuteur au début de l’entretien Réseau. N’oubliez pas :  la personne en face de vous a accepté de vous recevoir mais son temps est compté. Il vous faut la persuader de l’intérêt de cet échange si vous ne voulez pas qu’il tourne court. C’est le moment de convaincre de votre légitimité et de votre enthousiasme vis-à-vis d’un projet pour lequel vous avez besoin de son assentiment. Oui, l’exercice est délicat car il faut savoir se mettre en avant et inspirer confiance, sans paraître prétentieux ni mythomane. D’où l’intérêt de préparer et de se faire challenger avant le jour J afin de repérer le bon positionnement et adopter la bonne posture. 

La demande : pour beaucoup, c’est le sujet le plus délicat et pourtant. Les freins peuvent être nombreux : vous n’aimez pas demander, vous ne voulez pas vous rendre redevable, vous avez peur de déranger. Votre contact n’est pas naïf. Il sait bien que cet échange n’a de sens que s’il peut vous apporter une aide. Alors soyez direct et respectueux : montrez-lui en quoi il peut vous être utile et dans la plupart des cas, vous verrez, sa réponse sera à la hauteur de vos attentes. Vous pouvez tout demander, sauf un job !

Car que se passe-t-il dans la tête de la personne en face de vous ? Vous le découvrirez en partie lors de cet échange. 

  • Hypothèse 1 : elle peut sincèrement avoir envie de soutenir votre projet parce qu’elle voit que vous êtes sincère et motivé. Vous l’écoutez. Elle vous parle d’elle, de son parcours, de sa société, de son secteur, elle vous donne des conseils, des avis, des informations. Elle se sent valorisée !
  • Hypothèse 2 : elle aussi se pose des questions sur sa carrière. Votre parcours, votre projet vont nourrir sa réflexion. Elle risque alors de vous poser beaucoup de questions, parfois personnelles. L’échange peut sembler plus décousu mais il est en fait plus équilibré. 

De ces hypothèses, il ressort qu’il est inutile de faire le match avant le coup d’envoi. Ce qui compte, c’est que vous vous soyez préparé mais le jeu réservera forcément des surprises… parfois très positives.

Pour conclure, j’aimerais rappeler qu’aujourd’hui c’est vous, mais demain ? Oui, aujourd’hui vous êtes à la recherche d’un emploi. Vous êtes celui qui doit solliciter un rendez-vous et qui appréhende le déséquilibre de la situation. Mais demain ? Quand vous aurez retrouvé une stabilité professionnelle et une identité sociale, peut-être serez-vous en mesure de renvoyer l’ascenseur ou de donner un coup de pouce à une personne qui vous aura contacté grâce à une recommandation, en précisant en quoi vous pouvez lui être utile. La vie professionnelle est longue. La générosité, une des valeurs cardinales de tout bon réseauteur !

Pas d'événement actuellement programmé.

Laisser un commentaire

Partagez
Tweetez
Partagez