En démarche Réseau, quittez vos gros sabots !

Aujourd’hui professionnaliser sa démarche de recherche d’emploi est devenu incontournable pour un cadre ou un cadre dirigeant. Il n’est pourtant pas rare de rencontrer des amateurs.

En recherche d’emploi, au sein de leur démarche Réseau, les amateurs portent des gros sabots !

L’amateur se tourne trop vite vers ses relations !

Dès qu’il vient de quitter son emploi, l’amateur se dépêche de prévenir ses amis, ses proches, ses anciens collègues et il leur fait bien comprendre qu’il est dynamique, motivé, ouvert aux opportunités, prêt à relever un nouveau challenge.

L’amateur se colle l’étiquette du chercheur d’emploi et ne voit pas (encore) le problème.

L’amateur explique à ses amis qu’il est … en recherche d’emploi ! Et à ce stade, il ne visualise pas encore cela va lui être néfaste. Au passage il en profite souvent pour bien égratigner son ancien n+1.

Par la suite, quand il se sera amusé un petit peu sur LinkedIn, alors qu’il n’aura pas encore travaillé son profil LinkedIn en profondeur, l’une de ses priorités va être de se coller l’étiquette verte Opentowork autour du cou sur sa photo portrait. Plus tard, il comprendra que se coller cette étiquette est une satanée erreur et il apprendra comment faire savoir aux recruteurs disposant de l’abonnement spécial recruteur qu’il est en recherche active, sans avoir besoin de se coller cette terrible étiquette.

L’amateur croit que ses amis vont lui trouver un job

Bien entendu, chacune de ses relations le rassure, lui assure de son soutien, et lui rétorque un « t’inquiète pas, dès que j’entends parler d’un poste, je te préviens immédiatement, tu peux compter sur moi ! ». Et 6 mois plus tard, il ne se passe jamais rien !

L’amateur appelle les chasseurs de têtes et leur demande un poste

L’amateur appelle les chasseurs de têtes et bien sûr des chasseurs de têtes qu’il ne connaît pas et sans recommandation. D’ailleurs à ce stade, il ne sais pas encore ce qu’est une recommandation. Et bien sûr il leur demande s’ils ont un poste pour lui, ce qui n’a aucune sens ! Il apprendra par la suite qu’il fait ainsi fausse route !

L’amateur ne se prépare pas !

Evidemment l’amateur n’a pas pris le temps de se préparer. Il n’en a pas besoin !

Il n’a pas de pitch. Et quand il se présente, ça dure, ça dure et … ça dure. Il parle vite, très vite, trop vite et trop longtemps.

Même quand il s’agit de chercher un poste identique à celui qu’il avait précédemment, l’amateur n’est pas prêt à communiquer.

L’amateur se grille auprès de tout le monde et ne donne pas envie aux autres de l’aider.

L’amateur se présente comme un généraliste, comme un couteau suisse

L’amateur va souvent se risquer à élargir son terrain de chasse. Oui, il va vite vous expliquer qu’il est très intelligent, très talentueux, qu’il a développé de très nombreuses compétences pendant toutes ces longues années, que celles-ci sont tout à fait transférables dans d’autres secteurs d’activités… oui mais lesquels ? Il ne sait pas ou alors préparez-vous à entendre une liste interminable se secteurs cibles. Disons, que d’une certaine manière, il attends des autres qu’ils fassent, à sa place, le tri dans ses idées.

L’amateur n’a pas de projet clair et précis

L’amateur dans la démarche Réseau n’a soit pas de projet, soit plusieurs. Et quand il vous dit qu’il a un projet, en réalité, en grattant un peu, on s’aperçoit souvent, qu’il en a plusieurs.

Et puis à un moment donné, l’amateur craque pendant l’entretien Réseau et vous lance un : « Et d’ici 2 ou 3 mois, il n’y aura pas un poste chez vous pour moi ? » ou « vous pensez qu’il y aura des opportunités chez vous les prochains mois ? ».

L’amateur n’a pas de carte de visite

Bien sûr, en entretien Réseau avec vous, l’amateur ne vous donne pas de carte de visite. Un amateur qui se respecte ne communique pas de carte de visite lors d’un entretien Réseau. Non, il n’en a pas besoin ou alors il pense que c’est complètement passé de mode !

L’amateur a toujours son CV sur lui et une envie irrésistible de vous le communiquer

L’amateur met un point d’honneur à toujours avoir son CV avec lui lors de l’entretien Réseau et guette la moindre opportunité pour le communiquer à son interlocuteur.

L’amateur confond recruteur, chasseur de tête et consultant en outplacement

Au début, l’amateur ne visualise pas très bien la différence entre recruteur, chasseur de tête et consultant en outplacement. Il pense qu’en contactant un chasseur de tête, celui-ci a potentiellement un job pour lui. Il n’a pas encore compris qu’il n’est pas le client du chasseur de têtes.

Et quand il apprend l’existence de l’outplacement, il pense que le consultant en outplacement va faire les démarches pour lui et va trouver son futur job à sa place ! D’ailleurs très souvent, quand il prend contact avec un consultant en outplacement, il ne peut s’empêcher de communiquer son Cv et de demander s’il a des postes en adéquation avec son profil ! Bon, …. c’est normal, … il apprendra…

Pour conclure

Oui l’amateur en démarche Réseau a de gros sabots et une très belle étiquette de chercheur d’emploi sur le front. On ne le répétera jamais assez : la démarche Réseau, ça s’apprend ! Et mieux vaut bien se préparer avant de s’y lancer, au risque de vous carboniser auprès de vos contacts. En France, c’est comme cela, vous cherchez un job mais vous ne devez pas adopter la posture de celui qui en cherche un !

Pas d'événement actuellement programmé.

4 réflexions au sujet de “En démarche Réseau, quittez vos gros sabots !”

Laisser un commentaire

Partagez
Tweetez
Partagez