Comment se positionner face à un recruteur ?

Comment se positionner face à un recruteur ? L’entretien de recrutement vise à départager les candidats, c’est un passage obligé. Mais pour donner le meilleur de soi à ce moment fatidique, mieux vaut saisir qui l’on a en face et jusqu’où il peut aller. 

Se positionner face à un recruteur : les pièges à éviter lors d’un entretien de recrutement

Le recruteur a pour objectif de mesurer l’adéquation d’un candidat au poste sur lequel il postule. Il faut donc qu’il obtienne un maximum d’informations en un minimum de temps. En d’autres termes, sa plus-value se trouve dans sa capacité à vous faire baisser la garde pour obtenir les réponses les plus spontanées. Ainsi il pourra repérer vos atouts et vos limites pour la fonction considérée. A vous de rester vigilant. Nous avons tous des zones d’ombre dans notre parcours, autant anticiper les questions pièges en les travaillant en amont de l’entretien.

A chaque recruteur sa personnalité. Si la personne en face de vous affiche un sourire cordial, vous met à l’aise, semble partager certaines de vos affinités, ce n’est pas pour autant que vous pouvez l’amener sur n’importe quel sujet. Bien sûr, il est tentant quand on a un spécialiste du recrutement sous la main de lui demander ce qu’il pense de votre CV ou de votre pitch. Abstenez-vous sauf s’il vous fait une ouverture en ce sens. 

Dans le même ordre d’idées, si vous rencontrez un chasseur de tête, vous pouvez avoir la tentation de lui montrer toute l’étendue de votre potentiel. On ne sait jamais, si ce poste vous échappe, vous pourrez peut-être être sélectionné sur une autre offre. Raisonnement séduisant mais trompeur. Vous êtes en entretien de recrutement, pas dans une phase de bilan professionnel. La personne en face n’est pas votre coach et n’a pas vocation à dessiner avec vous les contours de votre prochaine activité. Au contraire, elle a besoin d’être confortée dans le fait que vous êtes le bon candidat pour la mission qu’on lui a confiée. Si elle a l’impression que vous êtes surdimensionné ou que vous avez d’autres aspirations, elle ne défendra pas votre dossier.

Souvenez-vous enfin que le recruteur est rarement le décisionnaire. Il peut être votre interlocuteur référent sur l’ensemble du processus de recrutement mais, passé le premier entretien, il n’a généralement plus votre destin en main. Sa mission principale est de vous inscrire dans un démarche souvent longue et complexe qui vous conduira à rencontrer plusieurs interlocuteurs au sein de l’entreprise qui embauche. Alors inutile de le harceler dès qu’une étape a été franchie. Laissez-le revenir vers vous dans un temps raisonnable.

Recruteur interne vs recruteur externe : à chacun ses spécificités

Ils sont tous les deux rémunérés par l’entreprise qui souhaite embaucher mais ils n’ont pas le même statut, ni la même approche. 

Le recruteur interne est un salarié de l’entreprise, très souvent membre de la DRH mais ce peut être aussi un opérationnel. Dans le premier cas, le questionnement sera davantage centré sur le parcours et le comportement, dans le second sur le cœur de métier. Quoi qu’il en soit, tous deux chercheront à savoir si vous allez rapidement acquérir la culture d’entreprise pour donner le meilleur de vous-même dans un environnement imposé. 

Le chasseur de tête qui, par définition, est un prestataire de l’entreprise, n’emploiera pas forcément les mêmes clés pour vous tester. 

Dans le brief transmis par son client, il aura repéré les points sensibles de la mission et s’attachera à les valider auprès des postulants, en termes de savoir-faire mais aussi de savoir-être. Rémunéré à la réussite de la mission, il n’a pas vraiment droit à l’erreur, sous peine de faire une croix sur de nouvelles missions et donc de nouveaux émoluments. Cette forme de motivation est un bon point pour vous car s’il perçoit en vous le meilleur candidat, il n’hésitera pas à vous conseiller sur la manière d’approcher efficacement les recruteurs internes. 

Vous avez franchi avec succès les différentes étapes du recrutement. C’est le moment de remercier, s’il existe, le chasseur de tête qui vous a permis de parvenir à vos fins. C’est important : en gardant le contact, vous vous assurez ainsi la possibilité de rebondir dans quelques années grâce à ce recruteur qui vous connait bien et en qui vous avez confiance.  

Pas d'événement actuellement programmé.

Laisser un commentaire

Partagez
Tweetez
Partagez